Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 12:38

בתשעת הימים, הוזמנו תושבי ב"א, להרצאה בנושא חינוך. לסיכום הדברים עולה כי המרצה התמקד בשני עקרונות עיקריים :

לא לכפות על מקבל החינוך ולא לזלזל בו. יכול להיות שהדבר מניב הצלחות. הדיבור של המרצה הזכיר לי באופן מדהים את שיטת הדייג. כל מי שהתנשא פעם בעיסוק או בתחביב הזה יודע שהליכה ראש בראש נגד הדג רק תביא לנתק החוט. אומנם דילגתי על השלב הראשון כי הוא לכאורה פשוט ביותר  : הפיתיון. תוחבים את החכה בתוך דבר האהוב על הדג או לתוך חיקוי של מאכל, בדמות דג קטן או תולעת. הקושי הוא דווקא אחרי שהדג תקע לעצמו בסיוע תנועה קלה של הדייג את החכה בחיכו.

והנה : הציוד המקצועי של הדייג תמוה לכאורה : צמוד לקנה מותקן גליל ארוך מאוד של חוט. האם המים כה עמוקים או הזריקה כה רחוקה עד שצריך להצטייד באופן הנראה במבט ראשון מוגזם?

לא ולא. אלא שהדייג בשלב הנ"ל נותן לדג להתקדם לאיזה כיוון שירצה : להתרחק מהחוף או לצלול לעומקם של המים. תוך כדי בריחתו של הדג, הדייג מתחיל לבלום אותו בהפעלת כוח נגדי מתון שהולך ומתעצם ביחס הפוך להתעייפותו של הדג. ככל שהדג מגלה יותר סימני עייפות, כך הדייג מחזק יותר את מאמציו למשוך אותו אליו וכן הוא מצמצם את אורך זמנן של ההפוגות בהן הוא נותן לחוט להתארך.

כך לפחות הבינותי את שיטתו של המרצה. לכל חידוש של הילד, התלמיד, החניך, המטופל נפשית, ראשית כל, הוא נותן לו לפרוס את כל תוכן הדבר ביושב לו על הלב ועל הנשמה, ואף מעודד אותו כדי שהלז יסביר לו לקראת מה הדברים יוליכו אותו. בשאלות קטנות המכוונות בחכמה, הוא מנווט את הילד \ נער \ בוגר שעדיין מחפש את עצמו, לחוף מבטחים.

עד כאן המשל, כי ההבדל המהותי באמת בין הדג לילד הוא שסביבתו הטבעית של הדג היא דווקא הים ושל הילד דווקא החוף, וכך קורה שבמעשים זהים לחלוטין בין מלאכתו של הדייג לזו של המחנך, יוצא הדייג רמאי והמחנך מציל.

בהמשך הדבר, קיימת התפתחות תפישתית אצל הילד ההולך להפוך לנער ולבוגר, הרואה בסביבה המשפחתית שלו רקע כפייתי ומזלזל, משעמם, עלוב, המונע מממנו להביע את פריצת כוחותיו הבריאים והחיוּתיים. לעומת זאת, החוץ נותן לו לדמיין שיש שם הרבה אנשים טובים, שווים, שחבל שלא להתחבר אליהם.

אכן כאן יש מקום להציב את המשל המדובר בהקבלה יותר אמיתית : המשפיעים החיצוניים ינסו לפתות את הבנאדם – בכלליות ניתן לומר שהדברים אינם נכונים רק לגבי הילד המתבגר – ויתנו לו להרגיש בשקר שהפיתיון שלהם בא מהבית שלו, ולכן הם מהמרים על זה שהטרף לא יהיה חשדן ושהוא ייפול ביתר קלות לרשת שלהם. כי גם הרשת היא נשק של הדייג, בתרתי משמע, כי מרשת חבלים קשורים חזק נולד המושג של רשת  המרשתת.

נעבור בקיצור נמרץ על כמה דוגמאות : המיסיונרים בהקשר העבודה הזרה והפוגעים בעיקרון המשפחה המאוזנת משתמשים בפיתויי "האהבה", "הסובלנות" ; הנרקומנים בפיתוי "השמחה והעונג", כשכל הפיתויים באים מתוך הבית שלנו, וכן הלאה.

עבודת המחנך היא להראות כפיתוי מעניין דבר שבא דווקא מהבית ושנועד להחזיר את ה"מפותה" הביתה. כי "פיתוי" זה קודם כל דבר מה שמייחסים לו יוקר וחשיבות.

אז כיצד מגיעים למצב כזה שהילד מתייחס לסביבתו המשפחתית בפנים של "לא רוצה"? יכול להיות שמבלי להתכוון, אנחנו, בסביבה הביתית והתומכת שלו, עוזרים לו. אדם יעשה הכל כדי לתמוך ביוצאי חלציו. רוב הכסף שהוא מרוויח בחייו, בסופו של דבר, הולך לבני משפחתו. אבל קורה שהורים מראים מרוב דאגתם שהילדים יהיו מוצלחים, פרצוף חמוץ. הדבר מתפרש כחוסר אהבה, כשלעומת זה גורמים חיצוניים שלו יוציאו גרוש מכיסם ייראו כאוהבים ואכפתיים ביותר, כאשר הכסף שהם בכל זאת משקיעים בא ממקורות מימון לא כשרים (שוב תרתי משמע).

ישנו עוד מישור : להפריך את פן החידוש שבפיתיון המלהיב את האדם, ולהראות לו בפשטות שאין שום חידוש בדברים שלמעשה כבר נוסו וכשלו בעבר אצל בני-עמים אחרים. לדוגמה : ישנם כאלה שנדמה להם שהגענו לימות המשיח : אין יותר מושג של מדינת לאום, הגבולות פתוחים, ולכל אוכלוסיית העולם השלישי או הרביעי נאמר לה : "העלן". וגם אם מתחת לפני השטח אלה שמעודדים את אגירת אפריקה אצלנו אינם ממונעים כי אם על ידי התעניינותם בתועלת כוח העבודה הזול שינקה להם את הדירה (בצפון ת"א אבל יש גבול : על האריתראי לגור בדרום), יציגו את זה כשאיפה רעיונית עילאית.

אז ראה, יכולים אנו לומר לבן טיפש-עשרה, או עשרים וטיפש, או שלושים וטיפש וכו',  שניסו את זה כבר באירופה לפני ארבעים שנה וכעת זה יצא מכלל שליטה והמקומיים המקוריים נאלצים לעזוב את נחלתם מפאת אלימותם הקשה של בני תרבויות הסקילה וההרג.

בהיותי נער, החלה שטיפת מוח בסדר גודל אדיר בניסיון לכפות על אוכלוסיית התלמידים בדרכים שונות סוג של שירים שהיינו אמורים להתלהב ממנו. בלטה בין היתר דמות אמריקנית ממוצא איטלקי עם פרצוף ותנועתיות של קוף ששרה בצמד עם אשה כמעט לבקנית הלוקה בגיהוקים כפייתיים והמשמיעה קול שמזכיר יותר צרחות מאשר נעימת שירה.

התלבטתי אם גם עליי מוטלת החובה להתלהב. בינתיים צץ במוחם של בני הצמד רעיון מסוכן : הם הופיעו בטלוויזיה כשישבתי בבית עם ההורים. מעניין, עכשיו שההורים שלי רואים את זה, נראה מה הם יגידו. תיכף קיבלתי אישור שה"כוכב" אכן קופני ובת זוגו צעקנית. הם זכו לעוד כמה כינויים וכשניסיתי להקשות שזה מה שהולך מבחינה אופנתית, הוסבר לי שפשוט מצאו רעיון להתעשר בזול וששווה להיעזר בחוש הביקורתיות, ערך שאז עדיין נחשב לבין החשובים במדינת צרפת.

אז אם כן, לסיכום, אנחנו לא כופים דבר על הילד ואנחנו לא מזלזלים בילד, אלא אנחנו משחררים אותו מהכפייה הזרה והחיצונית ומזלזלים במי שבא "יעני" עם ערכים, כאשר אלה שמתיימרים לשחרר לא גילו את אבקת השרפה ולא המציאו את חוט חיתוך החמאה. לעומת זאת, והרי אשרינו כי ה' בחר בנו ונתן לנו את השבת, אל לנו להראות לילדנו כביכול את ההיפך. אנחנו ונעלה מעדני מלך על שולחננו ולא נתקמצן בחיוך המגיע לסביבתנו הקרובה.

בציפייה לבניין ביתנו ומנוסתם של המשתלטים על בית מקדשנו.

שבת שלום.

החתום : יהושע סולטן ©

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2019 2 23 /07 /juillet /2019 16:05

אתמול התקיים חוג בית אליו הוזמנתי של מפלגה חדשה. הרעיון המנחה שלה הוא הצד הנורמאלי של המשפחה, האבא, האימא והילדים.

אכן ישנה מלחמה הנערכת בכלים כבדים נגד מדינת ישראל. מלחמת מונחים והגדרות, ניסיון טשטוש הערכים, כשזה כולל הטלת אימה ורצח אופי לכל פוצה פה. קצב מצעדי התועבה בארץ הרבה יותר גבוה מזה שבכל מדינה אחרת בעולם. אם מצד אחד זה סימן שלא נכנענו, זה גם מראה שהעם לו נאמר : "קדושים תהיו כי קדוש..." מעורר בכוחות שמנגד הרבה זעם.

אולם אין כאן תופעה חסרת תקדים, מכוון שכבר חווינו את מלחמת אוסלו המילולית ביסודה כשהדואגים לשלום העם ולשלמות הארץ כונו בהתאם לשיטת היפוך הערכים : "מתנגדי השלום", ואילו אלה שביקשו וגם חיזקו את אחיזתם של האויבים שפגעו באלפי אזרחים בין כותלי הבית, כתוצאה ישירה מהתמיכה מבפנים באויב, אלה דווקא זכו לתואר של "אנשי או מחנה השלום".

ובכן, הכלים הם לא המרגמה והתותח המתכתיים, אלא מילים שהופכים אותן לנשק לפגיעה המונית. יש שתי תתי מערכות, על דרך החיוב והשלילה, ושתיהן כלולות באותה המלחמה : הסובלנות שבשמה יש להשלים עם הלא ניתן להשלמה, והקיצוניות שנותנת סלקטיבית להשתיק פנים שלמים בחברה.

אחד מתכסיסי המלחמה הוא בחירת נושא מסוים שלא מעניין אף אחד והעיסוק בו בצורה כפייתית ואילוץ הציבור לעסוק אך ורק באותו הנושא. ושוב הבעיה היא השבי כבת ערובה בה נתונים כל התקשורת הממלכתיים בידי מיעוט המתאפיין בדעות שלא מעניינות את הרוב השפוי במדינה. אבל המיעוט הזה מצליח להעמיד ולמקם את האובססיות שלו במרכז השיח הציבורי.

השבת המלחמה היעילה ביותר כבר היא אינה ניסיון להסביר למי שתוקף למה הוא טועה ולמה דעותיו מזיקות. הוא לא מחפש שיח. הוא שם את עצמו כערכאה שמולה כל מה שהצד השני יטען יוכל לשמש כראיה נגדו. כל אמירה תשמש עילה לטובת התוקף כדי לירות בצרורות צרורות במי שעדיין חושב במושגים של חופש ביטוי ושיח נאור. מול משתיקי הפיות, הדבר היחיד הוא תביעת זכות השתיקה. "אני לא רוצה לדבר על זה ואתה לא תכפה עליי את העיסוק באובססיה שלך". דיבור כן וישר מול חסרי תום לב בשיח שהם בחרו, רק ייתן להם להעצים את התופעה.

ובאמת התופעה היא שולית. וכל אלה שמדברים על זכויות השואפים לאסוציאציות חד גוניות רק עושים שימוש באלה שביניהם יש באמת שונות מוטבעת במידה אופיינית בהם כשאלה לא מרבים להתגאות. בעיירת "לה גולט", כשעדיין חייתי בחו"ל, היו כמה כאלה. הם לא עשו בעיות ולא עשו להם בעיות. והכי נכון, אף אחד לא חשב להפוך אותם לבשר תותחים כדי לנגח את החברה ואת ערכיה.

אבל אלה שקובעים את השיח הציבורי נוטלים לעצמם את הזכות לקבוע נורמות חברתיות. גם אם הומו מסוים יגיד שהוא שונה כשהוא מודה שהנטייה הטבעית בדרכי הבריאה התקינים היא שגבר ואישה מקימים בית ביחד, יגידו לו : "לא נכון, אתה נורמאלי לכל דבר, רק שהטעם שלך הוא כזה ובענייני טעם וריח, אין להתווכח". רבים נופלים בפח של האיום, וחלילה להם מלהיראות קיצוניים ובלתי-סובלניים. הם נכנסים לפנים משורת הדין ורצים להראות עד כמה הם סובלניים.

יש לי חבר עם כיפה שהולך למצעדי התועבה לא כי הוא חושב שזה מה שצריך להיות, אלא כדי להראות למפגינים עד כמה הוא לא שונא אותם ולא מתערב בחייהם הפרטיים. אבל מה הוא גילה בעצם? שאלה שמפגינים אינם כלל דוברי עברית. מדובר בייבוא לא כל כך המוני (מי שרואה צילומים יראה את נקודות המבט הנותנים הרגשה של המון) נקודתי לסוג משונה ומכעיס של פסטיבלים שתדירותם אף היא מראה על הכוונות הזדוניות של מארגניהם.

אגב, הם עושים עבודה דומה בתמיכתם ברפורמים, כי המכנה המשותף הוא : במה אפשר לתקוף את היהדות האיתנה בת אלפי השנים שלא מזדעזעת מסופות ההיסטוריה?

אבל לפני הכל, הם מוציאים את רעיון הרפורמיות מהקשרו. מה זה רפורמי? מדובר ביהודי שחי בגלות בסביבה שרובה לא יהודית והוא מוותר על עקרונות אמונתו בניסיון להגיע לפשרה שתהפוך אותו למקובל בחברה הכללית בחו"ל. בל נשכח שהרעיון היה חזק בגרמניה, שהיא אומה קשה במיוחד. כי בשביל לשמור שבת כהלכתה, זה יעלה מחיר חברתי קשה מנשוא. אלא שבארץ, ב"ה, זה לא שייך. ליהודי יש חופש מוחלט להיות נאמן למסורת אבותיו ובניו הקיימת מעבר לתחלואי הזמן. בעת צרה, אבותיו לא היססו למסור את הנפש, אבל עכשיו, לא רק שהוא יכול לשמור על קלה כחמורה, אלא שהוא יכול לארגן את כל מערכת חייו סביב יהדותו : הוא יכול להתחיל לעבוד ביום ראשון בבוקר בלי למשוך איבה ולסיים את עבודתו ביום חמישי בערב או לכל היותר מספר שעות לפני שבת כדי להיות מוכן מכל הבחינות בעת כניסתו ליום הקדוש הזה. אלא שיש אנשים אינטרסנטיים שלא סובלים לראות את היהודי השלם מאושר באמונתו בארצו. והם מנסים להאשים אותו באשמות שונות ומשונות.

הדובר בחוג הבית אתמול הדגיש את חוסר הסובלנות המוחלט של אלה שמתיימרים להילחם למענה. שלטי החוצות של תנועתו הושחתו ונתלשו, פעילים הותקפו בכמה מקומות באלימות פיזית. ואלה קוראים לעצמם אנשי הסובלנות. אבל אין זה פלא. הנה, למשל : במשך למעלה מארבעים שנה, התקיימו שתי מדינות גרמניה זו לצד זו. הבה נשחק עכשיו בחידה. לאחת קראו "דויטשה דמוקרטישה רפובליק", ולשנייה "בונדסרפובליק". איזו מהן הייתה דמוקרטית ואיזו מהן הייתה רודנית, רודפת אזרחים בשיטות רודניות וכוחניות? והנה, דווקא זו שנשאה את התואר "דמוקרטית" הייתה הרודנית. אז לא צריכים להתרגש יתר על המידה מכאלה שיעני מציגים את עצמם כמגיני החופש והדמוקרטיה.

יש עוד מלכודת שנוטים לפול בה ברצון : והיא סביב רעיון ההתערבות בחיי הפרט. המרצה בחוג אתמול הזכיר את זה. והוא הוכיח שאכן בכל חברה מתוקנת יש דברים שהחוק לא מאפשר, גם כשמדובר בחיי הפרט. כי יש נורמות חברתיות ואלה המרכזים את השיח הציבורי סביב מוויהם מכרסמים באמות המידה המקובלות. למשל : בהרבה מדינות יש איסור אפליה בגיוס עובדים. ומה אם אני רוצה לעשות פרוטקציה דווקא לקרוב שלי או לזה שאני מרגיש קרוב לו?

אבל גם אם יצליחו לפגוע באמצעות חקיקה במוסר החברתי המקובל, זה לא ישרת אותם. למעט מי שאצלו הבעיה היא מהותית, מה שמדרבן  את אלה שרוצים לחיות במסגרת זוגית חד-גונית, זה לרוב בגלל ה"דווקא" שבדבר : זו התרסה נגד החברה והכללים שלה. בחינה של "מים גנובים ימתקו". אבל ברגע שהדבר בכמה מדינות באירופה הדועכת הפך להיתר, עם כל ההתקשרויות והחובות המשתמעות מכך, פרצה מגפה של גירושין בין בני זוג ממין אחד. והם באים לפתוח בהליך גירושין ומבזבזים הרבה כסף על העסקת עו"ד. ואז מאוחר מדי כדי להאשים את החברה ואת המחוקק שלא כפה עליהם את אמות המוסר שהיו נהוגות מקדמת דנא. הם רצו להילחם ב"כאילו" נגד המוסר של החברה המעגן בחוק והם מצאו את עצמם "באמת" נתונים לתוצאות של חוסר אחריותם.

אמרו שיש להימנע ממידת הליצנות בכל מחיר, חוץ מבקשר לעבודה זרה. כי זה כבר מעבר לוויכוח בין דעות וטענות. אז יכול להיות שבנושא הזה יש לנהוג באותו יחס. כפי שהוזכר קודם, מותר לשתוק ולא להוסיף שמן למדורה בוויכוחים ריקים אינסופיים. אבל מותר לצחוק על לוחמי הכפייה. המרצה בחוג הבית אתמול הביא איתו חומר הסברה מקומם המיועד לטשטוש הערכים אצל ילדי הגן. מדובר בחוברת צבעונית בה העלילה פשוטה : סביב נושא יום ההולדת של הילדים בגן, כל אחד ביומו מספר על המשפחה שלו. אלא שלגיבור יש בעיה "מעצבנת" : אין לו משהו מעניין לספר כי הוא חי בבית שיש בו אבא (גבר) ואמא (אשה). ואז החוברת הצבעונית והמושקעת מציגה את חבריו המתחרים בתימהוניות הרכב משפחותם. לא למדתי את החוברת אבל זה הולך בערך ככה : לרן יש שני אבות וללירן שתי אמהות, לרון אם חד הורית ולרוני אב חד הורי. ועל זו הדרך. כמובן שבחירת קהל ההורים על ידי המחבר או המחברים לא נעשתה באקראי אלא דווקא בדברים שהם מנסים להחדיר כנורמות לתוך התודעה הציבורית.

זכור לכם הדיון בכנסת לפני שנים רבות, במסגרתו קרא הרב יצחק לוי (אם אני לא טועה) את הפסוקים שהם פשוט המקור לעם ישראל לאופן ההתייחסות לעניין. אז מיד אחרי הזוג החד גוני הנתעב מופיע הזוג הבין-גוני בו חיים יחד יצור אנוש ובהמה. אז קפצו והתרעמו הוגים, הכיצד ניתן להשוות בין אהבה זכה לדבר שהוא "באמת" תועבה? אז כנראה שיש למתרעמים פיגור ברמת המתירנות, ושהם ילדים קטנים לעומת המומחים הזרים, שהרי הסובלות תחת שמיים אחרים מקבלת גם את זה. כי בלי התורה, בלי ציוני הדרך האיתנים שלה, אשפר לגרור כל חברה אנושית לכל הקצבות הבלתי ניתנות לתיאור שבעולם. או שמא הזוג החד-גוני הוא רק מנוף והכנת השחיקה הציבורית לפני שיכניסו גם את הזוגיות בין מין ושאינו מינו תחת כותרת ה"סובלנות"?

נחזור לנושא חוברת ההסברה ה"חינוכית". הבה נכתוב לה את חלק ב' : "זה ממש מעצבן, אין לי שום דבר מעניין לספר על המשפחה שלי, כי אני בסה"כ חיי עם שני אבות שקנו אותי בשוק השחור לסחר בבני אדם אי שם בעולם השלישי או הרביעי. אצל רן זה באמת מעניין, כי אבא שלו סוס ואמא שלו נאקה. ואצל לירן עוד יותר. איזה כיף לחיות עם אמא קרצייה ואבא כינה."

אם הרעיון של החוברת עובד, זה מראה שב"ה, יש עדיין הרבה ילדים שחיים באושר אצל אבא ואמא המקוריים. כאן ניתן לציין אגב שמסתתר עוד ערך שלילי שהופכים אותו לחיובי : כפיות הטובה. ואם יש טשטוש ערכים שמתבצע מבלי שישימו לב, זה אכן בשימת כפיות הטובה בחזית העניינים. נפתח בשתי מילים סוגריים או הפנייה לנושא הרע הזה. בעל כורחי שמעתי "חדשות" (היה זה בשבוע שעבר ערב יום השרב). הקריין במבטא פולני כבד ומחריד הופך את הברכה לקללה. ריבוי הגשמים שירדו אשתקד הנה הם הגורם להופעת צמחייה יוצאת דופן העלולה לשמש כחומר בערה מאוד דליק. עוד דוגמה : אני קורא בעלוני המחזור המחולקים חינם מידי יום ששי כתבה על זוג שהכלה נישאה בגיל שבע-עשרה עם בחור טיפה יותר מבוגר. הכל טוב : הבחור מעריך אותה וההורים תומכים כלכלית בתחילת דרכם. אז במקום שהמסר יהיה "תודה לא-ל", יוצאים מנקודת הנחה שהיה יכול להיות גרוע ושהיא הייתה יכולה להיות גרושה עם שני תינוקות, וזה מה שכתוב באותיות גדולות תחת הכותרת.

אז כעת ב"ה, תא המשפחה בלי עין הרע רווח, ודווקא אלה שמוצגים בחוברת משרד החינוך כמעניינים יכולים לגרום להרמת גבה. במקום כמו צרפת, זוג במשמעותו הבריאה מורכב מצמד של שני הטרוסקסואלים ; וזוג חד-גוני מהומוסקסואלים, זאת אומרת שהזוג המסורתי המשתמש בדרכי הבריאה כדרכם ירדו מערכם הבלעדי ונסוגו אחור כדי להוות רק פן אחד מהרבגוניות הכללית. אז ניתן לומר שלמי שדוגל ב"קידמה" מיושן כשהוא חושב שזוגות מהסוגים האחרים המוצגים בחוברת ההסברה והטשטוש מעניינים. כי במדינות כמו צרפת, בלגיה או גרמניה, זה כבר לא כל כך משנה אם איש ייקח אשה או איש או כל בהמה, כי חיי הזוג כבר לא נועדו לקיים את מצוות פריה ורביה. עובדה שהאוכלוסיות המקוריות שם מוחלפות בקצב מסחרר בבני תרבויות ההורגות את בני הזוגות החד-גונים והנה פלא, אף אחד לא בא בטענות נגדם, כמו שכאן אף אחד לא חושב לקיים מצעד תועבה ברמאללה.

הבה נמשיך אל הכרך השלישי של חוברת ההסברה. אז, אחרי שרן ולירן יציגו את תמונת המצב המשפחתית שבביתו של כל אחד, יבוא הגיבור שבהתחלה ויגיד : "אני חי בבית עם אבא ואמא שלי". ואז כול שאר הילדים יתפעלו, וגם הגננות תשתהינה , ותמחינה דמעה בהיחבא. והילדים שאול ישאלו : "מה? באמת? אבא שלך שהביא אותך לעולם? אמא שלך שילדה אותך? הההה... "  והמיושן הישן נושן יצא מנצח, כמו בציור המשעשע בו יושב אדם בתוך קהל של בעלי טלפונים מדור ששי ושביעי כשהוא מדפדף בספר מניר לאיטו ולהנאתו.   

לסיכום : אמנם הסכנה רצינית, אבל אל לנו להעצים אותם. לא ניתן להם חשיבות בהתעסקות כפייתית בנושאים שגורמים זרים קובעים לנו בתור מרכזי השיח הציבורי. מותר לנו לדבר על דברים אחרים. ואם נראה בין המועמדים לכנסת אנשים שהם לכאורה חושבים כמונו ואומרים בחנפנות אמירות לא טהורות – כי כך הם חושבים שיצביעו להם מכל המגזרים -  אז נוכל לסמן אותם כלא רצויים, כפי שהיו פעם חברי כנסת שאמרו : "מי אנחנו שנשמע לרבנים?" והבוחרים חיכו להם בקלפי.

ובקשר להקמת מפלגה שקמה רק מתוך תגובה לאלה שמקעקעים את הנורמות, ניתן לומר שאדרבא : זה מראה על חשיבות יתר שמייחסים לצד האחר. כי הצד האחר יראה בכך הצלחה משום שהוא הצליח לגרום לעוד פירוד ולעוד בזבוזי קולות ; לעוד מפלגה קטנה שלא תעבור את אחוז החסימה ותפזר את הכוחות בשטח. רוצים אנשים שדוגלים בטהרת הבית היהודי? ישנם כאלה. כולנו מכירים אותם. אלא שכשנמצאים תחת מטח אש, הם תופסים מסתור או מחסה, אבל הם כאן.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 12:19

ביום רביעי (ג' בסיוון תשע"ט), אני חוזר מהתפילה, בסביבות שבע ורבע בבוקר, ובעוברי במדרגות הגן הציבורי שבקרבת בית-הכנסת, אני רואה בשביל למטה מישהי שאוחזת בחוט ארוך שבעברו השני קשור כלב. כמשתדל  לרדוף שלום, אני עוצר לרגע כדי לתת להם לעבור להתרחק ממני. אלא שהיא נעמדה כמה צעדים קדימה כדי לטנף בעזרת כלבה עמוד המציין שם של מעבר להולכי רגל. הגברת ממתינה שחיית מחמדיה תלכלך במה גדושה את העמוד.

לא יכולתי להתעלם והערתי לה בעדינות : "ואחר כך יש ילדים קטנים שנוגעים בעמוד". חשבתי בתום לבי שלא יכול להיות שהגברת הנכבדה עושה את זה בכוונה תחילה. אולי היא לא שמה לב. או שמא מדובר בדבר שברשות הרבים וכל אחד יכול לעשות בו כרצונו. אלא שהיא התעלמה לחלוטין מאמירתי. לא הייתי קיים בכלל. אני שואל: זה מה שיש לעשות לבנאדם שחי ביישוב הקדוש הזה? לטייל עם כלב קשור בחוט ולטנף כל עמדה אפשרית? (לא כתבתי שלפני שהיא עלתה לשביל העובר ליד המדרגות, היא טיפלה בעציצים של בית פרטי).

בעבר, בגלות, הייתי משתעשע מהקיום למעשה של המאמר "אנו משכימים והם משכימים...", כשהיינו קמים לתפילה ועושים את צעדינו לבתי-הכנסת, בו זמנית ממשם היינו רואים גויים (אל תדאגו, לא כולם כאלה) עומדים ליד כלבם וממתינים שיעשו את צרכיהם. אגב היה צריך להיזהר איפה להניח את הרגל.

למרבה הצער, לאחרונה הורע מצבנו בארצנו הקדושה. וכבר התחלנו לוותר באופן חלקי בינתיים על ההליכה הרגועה שאחרי סעודת ליל שבת. פעם מטרד הכלבים אצלנו בא לידי פיתרון. או שתושב שמפריעים למשפחתו היה מטפל בזה לבד או שהמועצה הייתה שולחת אנשי מקצוע בשטח. לא כן המצב היום, כשכבר לא תלוי בכלבים בלבד.

מצער שנפגשים כאן עם הדברים הפחות יפים של הגלות. אז אני קורא למודעות, ולהתחשבות. שלא להפוך את היוצרות. לא על המוטרד להתחנך לסובלנות, אלא על המטריד. לא מתאים שאצלנו ייראו חוסר ההתחשבות והאכזריות העילגת והשחצנית הלא ראויים לנו.

תודה וחג שמח

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2019 2 21 /05 /mai /2019 20:30
Ariel Sharon en fév. 94, prend part à un grand rassemblement à Kiryat-Arba-Hébron

Un grand débat s'articule autour de la formation du gouvernement de Netanyahou et de son intention de faire voter un amendement visant à restituer aux dirigeants élus l'immunité parlementaire minimale pour diriger le pays selon la volonté du peuple, retirée aux élus en 92. Toutefois, depuis 77, nous assistons à de l'activisme judiciaire qui écarte du pouvoir ceux qui dérangent les juges ou qui les fait marcher au pas. l'un n'empêche pas l'autre cependant, et nous verrons comment, de Rabin à Sharon, les dirigeants sont disqualifiés avant d'entrer dans les rangs. Netanyahou résistera-t-il à cette avalanche de dossiers établis à dessein contre lui? 

Réactivité variable du système judiciaire

Le 3 juin 74, Rabin remplace Golda Meir à la tête du gouvernement de la huitième Knesset. Il devient le cinquième Premier ministre de l'Etat d'Israël et établit le dix-septième gouvernement. Puis, suite à une motion de censure déposée le 14 déc. 76, et à l'abstention pour laquelle optent les ministres du parti National religieux, Rabin décide de les considérer comme démissionnaires. En conséquence, le 20, il présente au président sa propre démission. Mais il conserve son poste avantageusement, car il dirige un gouvernement de transition, jusqu'au 17 mai 77, ce qui le met parlementairement à l'abri d'un nouveau vote de désapprobation. Ensuite, Rabin vainc Pérès une deuxième fois à la tête du parti travailliste et se trouve en bonne position pour prolonger son mandat suite aux élections de la neuvième Knesset qui approchent.  

Mais la rédaction du célèbre Haaretz ne l'entend pas de cette oreille. Dans l'édition du 15 mars 77, le journaliste Dan Margalit, qui n'est pas encore ce dinosaure bien connu de la profession, dévoile l'affaire des comptes en dollars. Le couple Rabin (Yitzhak et Léa), détient un compte aux Usa avec un crédit de 30 000 $. La loi du contrôle des devises étrangères l'interdit. Le ministre du Trésor, Yéochoua Rabinovitz, estime que Rabin doit payer une amende, ce qui lui épargnera un acte d'accusation.

Mais le Conseiller juridique du gouvernement estime que l'affaire relève des compétences du Parquet. Retenons bien son nom : Aaron Barak. Quand celui-ci apprend que Rabin entend renoncer à son poste de Premier ministre, il minimise l'affaire et se contente de mettre en examen son épouse (ce qui sauve d'office l'éligibilité du précédent) non sans soumettre l'époux au règlement d'une amende. Rabin annonce publiquement à la télévision sa démission, le 7 avril 77. Qui le remplace? Facile : Pérès. Dans son livre autobiographique, «Carnet de service» paru en 79, Rabin lui attribuera le sobriquet qui ne le lâchera plus par la suite : «le subversif infatigable».

[Soit dit en passant, Rabin l'affublera d'un autre surnom, «le serpent», au cours des deux derniers mois de sa vie, période elle-même qualifiée de «lune de miel» entre les deux hommes politiques. Il répondra à la question du journaliste Meir Flavski : «Comment se porte le serpent» : «Il mord toujours».]

Il n'est pas inutile de préciser que l'affaire des dollars ne s'est pas arrêtée sur la simple personne de Rabin. Une autre personnalité de la scène politique, et non des moindres, a elle aussi ouvert un compte en dollars à l'étranger. Aba Eban y détient à son avantage la somme de 300,000 $. Rabin voit juste quant au risque nul qu'encourt Eban : «Ils le laisseront tranquille, il est des leurs». Précisons encore que Rabin, dans la dichotomie entre colombes et faucons, avant qu'il ne n'en reste que des vrais, était à cette époque considéré comme l'aile dure du Ma'arakh (parti travailliste).

 C'est dire s'il n'était pas dans les petits papiers de son conseiller juridique.

Nous retrouvons Rabin, ministre de la Défense, dans le gouvernement de coalition sous l'égide de Shamir. Face à la recrudescence de la violence arabe contre Israël, c'est lui qui dira à l'intention des émeutiers les plus nocifs, en 87, qu'il faut «leur briser les mains et les pieds». Concernant l'expulsion au Liban de 400 terroristes, en 92, il répond au recours déposé par «l'Union pour les droits du citoyen», en qualifiant celle-ci d'«Union pour les droits du Hamas». Il campera sur ses réticences, et n'affectionnera jamais les terroristes de l'Olp. «On prendra un cachet contre les vomissements», répondra-t-il en 93 à la question sur sa prédisposition à serrer la main d'Arafat. Les retransmissions tristement célèbres montrent bien que Rabin ne l'a pas fait de gaité de cœur, contrairement à son rival en quasi extase. Puis il dira, en 94, au sujet de la limitation des prérogatives de l'autonomie arabe en terre d'Israël : «Si nous accordons à Arafat un Etat bien à lui, il aura vite fait de prendre en passant le nôtre.»

Rabin semblait s'appuyer sur la rivalité entre les factions terroristes de l'Olp et du Hamas, quand il déclara en mars 94, que la police de cette première organisation : «s'occuperait des terroristes du Hamas sans Cour suprême et sans Betselem». Quand Moubarak, l'Egyptien, obtenait de bons résultats contre le terrorisme, dont il se flattait en racontant qu'il leur rasait leurs maisons, ce qui laisse probablement sous-entendre qu'il le faisait par quartiers entiers, Rabin avait rétorqué qu'il n'avait affaire ni à «Bestselem ni [à la] Cour suprême».

S'est-il plongé dans cette aventure politique invraisemblable des accords intérimaires ou d'Oslo par résignation, en faisant fortement allusion à l'institution qui détient véritablement les rênes du pays, institution qui entrave la liberté de mouvement et d'action des élus contre les ennemis du pays, comme il l'avait personnellement éprouvé en 77[1]?

Aaron Barak

Quoi qu'il en soit, que Rabin se soit ou non senti contraint d'introduire en Israël l'Olp, le Fatah et autres produits dangereux, les électeurs israéliens ont été majoritairement guéris de leur rêve de : «C'est avec ses ennemis qu'on fait la paix». Ce qui peut paraître curieux, c'est que, malgré le principe qui veut que les mêmes erreurs conduisent aux mêmes résultats, l'électeur moyen n'a pas tenu compte du précédent de Chamberlain et des accords de Munich, fin septembre 38. C'était pourtant bien là un accord «avec ses ennemis», avec toutes les concessions «très» douloureuses qui s'imposent, qu'il avait signé avec l'Allemagne, et, tout comme le sort de la Tchécoslovaquie fut alors bradé, les accords intérimaires du Proche-Orient prévoyaient au minimum une certaine précarité pour les habitants juifs de Judée-Samarie. A moins que l'électeur moyen n'ait pas été au courant pour les accords de Munich!?!

En tout état de cause, la terrifiante réalité du chaos consécutif au doux rêve de la paix, allait rendre désormais moins évidente la poursuite de l'imposition de cette complaisance politique envers les organisations terroristes par les urnes. Le sentiment d'intransigeance envers les habitants juifs des régions libérées suite à la guerre des Six jours, n'allait plus être si aisément acquis à la cause du repli territorial volontaire. Les dirigeants qui avaient fait miroiter une drôle de paix au peuple en 92 n'allaient plus pouvoir compter sur les voies de la démocratie pour maintenir leur pouvoir.

Effectivement, le militantisme des médias ne parvient pas à faire élire Pérès lors des élections pour la quatorzième Knesset, le 29 mai 96. Les médias ont bien tenté d'en faire à l'avance le gagnant avec les sondages, ce qui a poussé notamment des groupes religieux à s'organiser en collectifs pour négocier et implorer son indulgence en échange de leur soutien – ce qui avait alors provoqué la réaction courageuse du grand rabbin Mazouz, sommité proche du Rav Ovadia Yossef, qui avait alors déclaré que c'était une interdiction de la Torah que de voter pour Pérès – mais sans succès.

Aaron Barak, de son côté, n'est pas resté les bras croisés. C'est comme s'il avait anticipé la fin de la crédibilité de la fantaisie d'un échange entre la paix et le sol. En 95, il obtient le poste de président de la Cour suprême, qu'il occupera jusqu'en 2006. Les nominations de juges sous sa houlette provoqueront de nombreuses protestations, les critères de sélection étant régis selon bien des observateurs par la méthode d'«un ami en apporte un autre».

Une autre démission ministérielle est à l'actif de son équipe. Juge de la Cour suprême dès 78, Barak prend part à la commission d'enquête d'Etat[2] dont les conclusions sont publiées en février 83 sur les incidents de Sabra et Chatila, suite aux exactions sanglantes des forces libanaises contre lesdites localités. Bien que les faiseurs d'opinion de l'étranger établissent un raccourci entre cette affaire et Sharon, à qui on reproche de n'avoir pas prévenu et empêché ce massacre, ce n'est pas la pression internationale qui l'a poussé à démissionner, mais bien les conclusions de ladite commission. Sharon occupait alors le poste de ministre de la Défense. D'aucuns diront que cette destitution le verra revenir au pouvoir en tant que Premier ministre (Ouri Dan, l'un de ses proches, avait alors déclaré, environ vingt ans auparavant : «Celui qui n'en veut pas comme ministre de la Défense l'aura comme Premier ministre») mais qu'à cela ne tienne, il sera attendu au tournant, et virera, comme Rabin, à l'extrémité de l'extrême gauche.

Pour Barak, tout est justiciable – 17 mars 92 : le tournant

Barak considère que la Knesset lui est subordonnée. La législature a des comptes à rendre au pouvoir judiciaire. La magistrature n'est pas chargée de requérir la justice au nom de l'Etat mais contre l'Etat[3]. Seulement, son pouvoir n'est pas assez étendu pour lui permettre de mettre en pratique son principe. C'est en 92 qu'il se met à œuvrer plus intensément pour l'élargissement des pouvoirs des juges. Il comprend qu'il doit faire passer deux lois fondamentales : la dignité du citoyen et le libre droit d'entreprise.

De Klinghoffer à Rubinstein, la révolution constitutionnelle étouffée dans l'œuf trente ans plus tôt s'impose

Il ne convient pas de voir en ces lignes une interprétation ou un jugement de valeur à endroit d'Aaron Barak, car c'est un combat qu'il revendique personnellement : «La révolution constitutionnelle» (המהפכה החוקתית). Mais c'est en 95, depuis qu'il devient président de la Cour suprême qu'il peut concrètement se mettre au travail et donner libre cours à son activisme juridictionnel. Il ne s'agit plus de se contenter de donner un sens à la loi, mais de la définir, de la modeler à l'image de ses conceptions, quitte à invalider des lois qui seraient selon lui incompatibles avec les lois fondamentales. Il concurrence la Knesset. 

Aux fins de concrétiser cette aspiration, Barak obtient de celle-ci le vote de deux nouvelles lois fondamentales. La manœuvre peut passer pour anodine à première vue. La première loi s'intitule donc : «La dignité de l'homme et sa liberté», la seconde : «La liberté d'entreprise».

La tentative de 92 n'est pas une idée nouvelle. Déjà, en janvier 64, le membre de la Knesset Yitzhak Hans Klinghoffer, du Bloc de la liberté des libéraux (גח"ל = גוש חרות ליברלים), mais avant tout professeur en droit de l'Université hébraïque, avait envisagé de proposer ces lois fondamentales, qui ne furent pas du goût de l'autorité législative, bien que son initiateur se fût montré rassurant dans son discours :

«Je ne pense pas non plus qu'il puisse exister une loi, quelle qu'elle soit, qui se situe au-dessus du "législateur habituel". Il n'y a pas deux législateurs. Nous n'avons qu'un parlement, et, à mon avis, il est impossible, par le biais d'une loi de la Knesset, de limiter son droit de légiférer, et, s'il se trouvait un alinéa en ce sens, la Knesset serait en droit, je pense, de décider sur la base de la majorité simple d'annuler cet alinéa qui limiterait son bon droit».

C'est presque trente ans plus tard que l'idée réapparaît, à la différence près que, cette fois-ci, c'est la bonne. La révolution marque son territoire.

Lors du mandat de la dixième Knesset, le parlementaire Amnon Rubinstein reprend la proposition de loi de Klinghoffer, sans mettre de gants : «Cette proposition a aussi pour but de restreindre le parlement. Elle vient aussi bien défendre le citoyen d'une législation venue bafouer ses droits basiques, et c'est l'idée qui se tient derrière le terme de constitution. Le sens même du terme constitution signifie la limitation et le blocage de la souveraineté toute puissante de la Knesset en tant qu'institution légiférante.»

Sa proposition est rejetée, mais il ne se décourage pas. Il s'adresse au ministre Dan Meridor, qui traite sa demande au sein de la commission législative de la douzième Knesset (88-92). Les deux lois fondamentales sont débattues sous la direction du président de la commission, Ouriel Line qui, pour finir, fait passer cet amendement fondamental le 17 mars 92 en deuxième et troisième lectures, par 32 voix pour et 21 voix contre.

Il aura cette antiphrase, qui exprime le contraire de ce qu'elle implique : «Nous ne renonçons pas à la prépondérance [du pouvoir légiférant] en faveur du tribunal de haute instance. Il ne s'agit pas de mettre en place un tribunal apte à invalider des lois.»

C'est pourtant bien cette démarche qui permettra au tribunal de considérer comme non raisonnables des lois de la Knesset. Déjà en 90, Aaron Barak, alors simple juge du tribunal de haute instance, minoritaire cependant dans le dossier 142/89 traité par la Cour suprême, affirmait que rien n'empêcherait le tribunal de remettre en question des lois de la Knesset, même sans que cela ne soit explicitement prévu par la loi :

«Sur le principe, dans une société démocratique, le tribunal peut prononcer l'invalidité d'une loi, si elle est essentiellement en contradiction avec les principes fondamentaux du système».

Mais dès 92, il suffit alors, d'après l'approche de Barak et de son école, qu'une loi votée par la Knesset soit considérée comme entrant en contradiction avec l'une de ces deux lois fondamentales pour que le vote perde toute pertinence. Cette révolution permet de doubler la Knesset, pouvoir légiférant, ainsi que le gouvernement, pouvoir exécutif. L'activisme de Barak n'a pourtant pas fait l'unanimité parmi les juges : Moshé Landau, président du tribunal de Haute instance, Menahem Alon, le vice-président, et le professeur Ruth Gabison ont contesté cette méthode.

Aaron Barak ou la constitution

L'intensification du pouvoir des juges s'est concrétisée au moment du «décret de l'affaire de la banque Mizrahi». Alors qu'il est question au départ d'un litige qui oppose cette banque à l'union des agriculteurs, les magistrats se saisissent de l'occasion pour mettre au point le sens tout nouveau de leur pouvoir. Nous sommes toujours en 92, après l'introduction des deux lois fondamentales précitées.

En marge du jugement[4], les juges ont défini, par 7 voix contre deux, le sens général que revêtent les lois fondamentales en deux points :

1. Constitution : il a été établi que l'Etat d'Israël dispose d'une constitution : ce sont les lois fondamentales. Elles prévalent sur les lois courantes de la Knesset et leur sont supérieures.

2. Remise en question juridique : le tribunal s'est arrogé le droit de remettre en question les lois de la Knesset et de les déclarer invalides si elles entrent en contradiction avec une loi fondamentale.[5]

Nomination des juges

En outre, les nouveaux juges sont nommés par une commission considérée par de nombreux observateurs comme la forteresse de la gauche. La composition de cette commission (le ministre de la Justice, qui préside la commission, un second ministre désigné par le gouvernement, deux parlementaires, l'un de la coalition l'autre de l'opposition, deux membres du barreau désignés par vote secret, le président du tribunal de haute instance ainsi que deux autres juges de cette institution), fait concrètement que six à huit de ses représentants sont acquis à la cause du président du tribunal. On le verra lors de la nomination de la controversée Edna Arbel, approuvée par 7 voix contre 2 (le ministre de la Justice et le parlementaire Benyamin Alon).

Quant aux prises de fonctions du président de la Cour, il s'agit du membre le plus âgé qui prend la place du précédent au moment de son départ pour la retraite.[6] L'héritier du trône n'est pas le fils du précédent mais son disciple. C'est sans doute la raison pour laquelle on n'a pas senti un grand changement quand Barak s'est retiré de la scène juridico-judiciaire en faveur de Dorith Beinich, puis de Gronis, Naor, Hayot.

Contre-révolution risquée, ou tentatives périlleuses de contre-révolution

En 96, Netanyahou débute sa carrière de Premier ministre. Il déplait d'emblée à Aaron Barak qui vient, comme signifié plus haut, d'accéder au poste de président de la Cour suprême. Le conseiller juridique, Michael Ben-Yaïr, est loin d'être acquis à la cause du gouvernement et fait obstruction à la bonne marche de ce dernier. Le ministre de la Justice est en droit de s'en défaire. Ya'acov Neeman s'engage donc à le destituer. Mais la situation se renverse et c'est le conseiller qui prend le dessus : il concocte un chef d'accusation qui l'oblige à démissionner. Le temps que le ministre soit mis hors de cause, la situation est irréversible. Il ne reprendra pas son poste. Et Tsahi Hanegbi (le fils de la célèbre Guéoula Cohen) qui prend la relève, n'osera pas s'opposer à la magistrature.

Pareillement, Reuben Rivlin (l'actuel président d'Israël), est disqualifié quand il doit prendre la place de ministre de la Justice du premier gouvernement Sharon. Meir Shitrit le remplacera, mais il ne fera pas de vagues.

En 2006, le gouvernement Olmert a pour ministre de la Justice Haïm Ramon. Il tient à contrer la révolution constitutionnelle qui s'est imposée plus de dix ans plus tôt. Sa première démarche consiste à exiger la rédaction en bonne et due forme de procès-verbaux de la commission pour la nomination des juges. Il considère en outre qu'il est parfaitement en droit de nommer le prochain président de la Cour suprême. Ceux qui ont compris le principe commencent déjà à ressentir une impression bizarre et à craindre pour sa personne. Sensation aussitôt confirmée. Une officier de Tsahal se plaint d'avoir été embrassée par le ministre contre son gré. C'est l'affaire médiatique fracassante du «baiser français». Des écoutes révèlent une conversation entre le général Shemani et la commandante de la plaignante, au cours de laquelle celui-ci raconte que la divisionnaire Miri Golan, qui a convaincu l'officier de porter plainte, lui a déclaré : «Et cet homme désignerait le président du tribunal de Haute instance?» Ramon soutiendra devant le tribunal que c'est un coup monté. Le tribunal lui répondra que l'argument est digne de l'attitude d'un voyou de grand chemin.

Les ministres de la Justice ne sont pas les seuls à être écartés du pouvoir. Le tribunal fait dans ses propres rangs le ménage. En 96, Deror Hoter-Ychaï est président du barreau (institution cependant indépendante du tribunal, mais alignée sur les positions de ce dernier). Lui aussi fait partie de la commission de nomination des juges. En novembre, il est interviewé par le journal orthodoxe Yated Neeman. Il critique l'activisme judiciaire et la position de Barak qui prétend que tout peut être jugé. Il ne faut pas longtemps pour qu'un dossier de fraude fiscale soit ouvert contre notre juriste. Il est condamné à six mois de prison avec sursis et à une amende de 50 000 Nis. Il interjettera appel et sera lavé de tout soupçon. Bien entendu, il ne réintègrera pas la commission.

Neeman et Hoter-Ychaï dénonçaient le militantisme des juges et leur sentiment de toute-puissance sur les affaires du pays, mettant notamment en cause la méthode : «Un ami en apporte un autre». Aaron Barak s'est débarrassé la même année (96) de deux membres dissidents à son endroit.

Un autre ministre de la Justice a donné du fil à retordre au tribunal. Daniel Friedman occupe ce poste sous l'égide du Premier ministre Olmert. Daniel Friedman est-il un incorruptible? N'y a-t-il pas moyen de l'accuser de quelque délit, quitte à ce qu'il soit par la suite innocenté? Friedman, qui, dans son livre «Le portefeuille et le glaive» (הארנק והחרב), établira le constat d'une forte désapprobation des parlementaires vis-à-vis de la mainmise du tribunal sur la Knesset, qui reste silencieuse car ils craignent d'être traînés en justice, sera démis de ses fonctions d'une manière indirecte ! Moshé Lador, conseiller juridique du gouvernement, maintient ouvert le dossier contre Olmert, dans l'affaire de la banque Leumi, malgré la recommandation par la police de le classer sans suite, en novembre 07. Lador le fermera au lendemain de la démission d'Olmert.

Bras de fer Aaron Barak / Ariel Sharon

Nous avons vu plus haut que Barak avait écarté Sharon de la vie politique, sur la base des circonstances de l'opération Paix en Galilée. Ce n'était que partie remise. En février 2003, le peuple israélien le plébiscite à raison de près de 70% des suffrages, et, soudain, un vent de délivrance souffle sur le pays. Le désastre des accords conclus avec les factions terroristes arabes et leur introduction au cœur même du pays ne seront dans peu de temps, semble-t-il, qu'un mauvais souvenir. Plus de concessions devant l'ennemi, plus d'humiliation…

Ses débuts sont grandioses. En 2002, avec l'opération Rempart, Sharon efface de facto les frontières de la zone A, dessinées par les accords, qui contiennent tous les fiefs des terroristes et qui leur assuraient la tranquillité dans leurs préparations de bombes et la mise en place de toute la logistique allant de la planification au détonateur fanatisé par la promesse inspirée du culte musulman d'un paradis fameux.

L'une des multiples pressions d'Obama sur Netanyahou par la suite consistera à tenter de le contraindre à renoncer aux opérations de terrain, ce à quoi Netanyahou résistera, soutenant que la sécurité de ses citoyens en dépend. Aucun gouvernement, en dix ans, n'avait mis fin à cette situation de chaos avant Sharon. Je me souviens d'une période de réserve, quand Ehoud Barak était Premier ministre. Nous avions à plusieurs reprises manqué de peu la capture de terroristes. Nous n'avions le droit de les poursuivre que jusqu'à la limite de la zone A. 

Mais le parquet et le tribunal ne chôment pas. Le fruit est juteux, il ne restera bientôt plus qu'à le cueillir. La plus grosse affaire est celle de l'île grecque, divulguée par la presse en mars 2001 (ces divulgations de fuites à première vue sont évidemment illégales). Sharon est soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin de la part de l'homme d'affaires David Appel, maquillés en très gros salaires versés à son fils Guilad.  Le conseiller juridique du gouvernement le disculpera en juin 2004, mais il sera trop tard. Les dossiers s'accumulent. Sharon aurait obtenu le financement de sa campagne interne au sein du Likoud d'une manière douteuse : l'homme d'affaires autrichien, Martin Schlaf, l'aurait couverte financièrement, tandis que l'homme politique aurait présenté cet argent comme un prêt avancé par Cyril Keren, ancien compagnon d'armes de Sharon.

Omri Sharon, lui aussi fils de l'intéressé, est accusé d'avoir créé une société fictive pour blanchir de l'argent ayant servi illégalement à couvrir les frais de campagne au sein du Likoud, et d'avoir fait un faux témoignage tout en enfreignant la loi du financement des partis politiques. Lorsque Omri est condamné (pour finir le 15 nov. 05), suite à une négociation de peine, à sept mois de prison, un public conditionné désavoue Sharon le père et soutient qu'il aurait sacrifié son fils pour échapper aux interrogatoires et à une éventuelle disqualification de la direction des affaires publiques.

Sharon capitule

Sharon change de cap. A la conférence d'Herzliya, en 2003, il fait part de son intention de mettre en route le «désengagement». L'expulsion et l'anéantissement du judaïsme de Gaza et le champ libre conséquemment laissé aux organisations terroristes, allaient à l'encontre de l'idéologie pour laquelle il s'était battu tout au long de sa carrière politique. Pourtant, peu de temps avant cette métamorphose, il répétait encore souvent : «Le cas de Netzarim est le même que celui de Tel-Aviv» ; c'est-à-dire que la localité de Netzarim, dans la bande de Gaza, que ses opposants considéraient comme déplaçable, en raison de la difficulté à la défendre puisqu'elle était relativement isolée, avait droit à la même considération que la métropole de Tel-Aviv. Au lieu de cette protection, c'est par les bombardements essuyés que ces deux localités ont fini par se ressembler.

Mais le Likoud n'était pas prêt à supporter cette trahison de ses fondements et de ses idéaux. Sharon s'oppose à un référendum, mais il doit obtenir l'aval des membres du parti. L'opinion se mobilise pour contacter ces membres, les soutenir et les empêcher de flancher. Des «lettres aux membres du Likoud» sont rédigées et expédiées via Internet ou distribuées de porte en porte. Le 2 mai 2004, la réponse du Likoud est nette et définitive : c'est non.

Sharon multiplie les manœuvres, écarte ses opposants, intègre Pérès dans son gouvernement, et parvient à ses fins en faisant approuver la reddition volontaire par ce dernier, puis par la Knesset. La Cour suprême ne trouve rien à redire et approuve toutes les manigances. Toutes ces contradictions ne l'ont pas empêché d'aller jusqu'à la réalisation de l'impensable catastrophe nationale. La précipitation, la course contre la montre, lui ont permis d'y parvenir. Ce n'est que lorsqu'il a fallu s'arrêter qu'il n'a plus été possible de rester décemment et logiquement à la tête du Likoud, et que Sharon a fondé un autre parti autant rassembleur qu'éphémère : Kadima.

Le jeu de la Cour suprême : «La profondeur du retrait sera égale à la profondeur de l'enquête»

L'agenda extrême-gauchiste de la Cour suprême est la seule explication plausible du silence des juges. L'expulsion a été rendue légale dans l'hémicycle de la Knesset.  De la démission de Rabin à ses accords intérimaires avec les factions terroristes, et de l'extraordinaire combattivité de Sharon contre les ennemis d'Israël à l'endommagement de son entendement, les dirigeants politiques sont domptés et rendus dociles par le pouvoir juridique. Ils font ami-ami avec les juges.

Yossi Sarid avait suggéré à Zwi Händel, membre de la Knesset qui vivait dans la bande de Gaza, concernant le retournement de veste de Sharon,  la formule suivante : «La profondeur du retrait sera égale à la profondeur de l'enquête».

Car comment est-il possible que la Cour suprême, si avide de justice, n'ait pas opposé à Sharon : «Vous avez été élu en revendiquant la charte du grand Israël? A présent vous cherchez à faire le contraire?! Alors, démissionnez et présentez-vous comme candidat sur la base de l'expulsion ; que faites-vous de l'opinion de l'électeur»? 

Le docteur Yitzhak Cytrin, professeur d'histoire au Centre universitaire de l'Ouest de la Galilée, à Haïfa, et président de la chaire d'histoire de l'université religieuse Cha'anan de Haïfa, a publié[7] en 2015 un ouvrage, «le Programme unilatérale du désengagement», sur les effets de l'expulsion sur les adolescents et les enfants.

«Le gouvernement n'est pas parvenu à les reconstruire. Le traumatisme a entraîné une crise dans la cellule familiale, l'autorité parentale a été presque totalement détruite, les jeunes considèrent le monde adulte avec défiance, ils sont affaiblis et ne font plus confiance aux institutions étatiques.» Cytrin explique que les jeunes nés à Gaza se sentaient partie intégrante du lieu, et que le déracinement en a été d'autant plus pénible et traumatisant.

Où est donc passé le principe si cher à la Cour suprême qui exige que les lois fondamentales de la dignité citoyenne soient à même d'invalider des lois votées par la Knesset? Mettre toute une population sur la paille, leur détruire leurs foyers, leurs repaires et leurs écoles, leurs exploitations agricoles, les expulser sans eau ni nourriture, du moins dans un premier temps, sans qu'aucun cadre de remplacement n'ait été prévu et préparé, ne contredit-il pas le principe pour lequel les juges se sont battus?

C'est que la critique des lois votées par le législateur est un privilège qui revient exclusivement aux juges, et que les droits du citoyen, ainsi que son droit à l'entreprise, comme faire pousser des mangues ou des tomates cerise, ne sont pas absolus : ils sont assujettis au bon vouloir de cette caste. Il se peut que votre dignité, votre travail, ne valent pas la peine que les juges se mobilisent en votre faveur.

Netanyahou

Quand les chefs d'accusation contre un homme politique se multiplient, les conditionnés diront : «Oh, comme cet homme est corrompu!» mais les observateurs n'ayant rien perdu de leur acuité ni de leur esprit critique diront : «Cet homme s'est mis à dos un leadership qui n'aime pas que l'on empiète sur ses platebandes.»

Pourtant, coup sur coup, Netanyahou s'est montré docile et bien sage, quand la Cour suprême a décrété que telle ou telle localité juive devait être effacée. Les trois maisons de Migron et les trente appartements du quartier de la Oulpena, à Bet-El, démantelés et détruits sous  les ordres de son ministre Ehoud Barak ; les immeubles du quartier Dreinof, toujours à Bet-El, détruits par d'immenses pelles sous les ordres de son ministre Yaalon ; le village d'Amona, effacé après un décret émis par le général Rony Nouma, sous les ordres de son ministre Liebermann…

Il aurait pu dans tous ces cas de figure invoquer les risques de perturbation de l'ordre public, l'état de guerre permanent qui risquerait de donner à l'ennemi l'impression que notre gouvernement saborde le pays pour lui. Il aurait pu donner raison aux juges sans mettre en pratique leur décision car irréalisable.

C'est que Netanyahou les enferme dans leur propre piège. Ils exigent le respect de ce qu'ils définissent comme le droit. Netanyahou fait comme s'il les considérait comme sincères et se plie aux exigences dudit droit. Les juges ne peuvent plus que ronger leur frein. Car il est clair qu'il n'y a pas ici une question de droit, mais de lutte politique quant à l'avenir de la Judée-Samarie, en tant que province d'Israël ou énième pays arabe. Chaque fois, Netanyahou reconstruit un peu plus loin la localité détruite, mais toujours en Judée-Samarie.

Aujourd'hui, Netanyahou lutte pour sa survie politique. Il doit non seulement mettre en place son gouvernement, mais également rendre à la Knesset ses lettres de noblesse.

Ayeleth Shaked

Ayeleth Shaked est la ministre sortante de la Justice, entrée en fonction le 14 mai 15. A-t-elle subi le même sort que Daniel Friedman, cité plus haut, contraint de renoncer à ses fonctions parce que son employeur Premier ministre a cessé d'être au pouvoir? Elle a, à son tour, tenté de réformer le système judiciaire, et sa plus grande victoire a consisté dans l'introduction, dès février 2017, de juges qui ne considèrent pas que tout peut ou doit être jugé, comme ce nouveau juge de la Cour suprême, Alex Stein[8], favori lui aussi de Shaked, qui reconnaît formellement la liberté de mouvement des élus en matière de législation. Amit Segal[9], commentateur des affaires juridiques, entre autres journaliste de la deuxième chaîne, salue une victoire certaine de Shaked, qui parvient partiellement à mettre au pas Miryam Naor ou Esther Hayouth, la seconde ayant remplacé la première en 2017 à la tête de la Cour suprême. D'autres considèrent que son travail est de la poudre aux yeux[10].  

En quatre ans de ministère, Ayeleth Shaked a fait un travail fulgurant. Mais il convient de tenir compte de la précarité du pouvoir démocratique. Des erreurs tactiques ont refoulé Shaked à l'extérieur de l'hémicycle de la Knesset. Que valent les 4 ans de Shaked au gouvernement, comparés aux 30 de carrière activiste d'un Barak confortablement et durablement installé à la tête du Tribunal, qui laisse après lui des héritiers de son bord nommés d'office?

 

Yéochoua Sultan ©

 

 

 

[1]  Pourquoi Aaron Barak a-t-il renoncé à poursuivre Rabin? Il a expliqué alors le motif de son abstention : «Je suis parti du principe que Rabin avait déjà subi une sanction suffisamment lourde en ayant été contraint de renoncer à son poste. Il n'y avait pas lieu de le sanctionner une fois de plus». (Extrait du chapitre «Le tour de Rabin est arrivé», du livre de Maître Yossi Dar, dans son livre : Aaron Barak et les joyeusetés du pouvoir de la loi).  

[2] La commission Cohen, du nom du président de la Cour suprême alors en poste Isaac Cohen. Menahem Begin, alors Premier ministre, accepte la mise en place de cette commission, qui s'ouvre le 1 nov. 82. Les membres de la commission sont le président de la Cour précité, l'ancien conseiller juridique et présentement juge de ladite Cour, Aaron Barak, et le général de réserve Yona Ephrat. Les responsables du recueil de témoignages ne sont pas n'importe qui. Deux d'entre eux ne sont autres que Dorith Beinich et Edna Arbel, dont la première remplacera Aaron Barak qui laissera sa place de président en 2006, et prendra la tête de la Cour suprême de 2006 à 2012, non sans être passée par la case de Procureur de l'Etat (de 89 à 95) ; et la seconde fera partie de cette caste très fermée de ladite Cour de  2004 à 2014 (et également Procureur de l'Etat de 96 à 04).

Le travail de cette commission manque de rigueur et de professionnalisme, malgré ses membres : les deux femmes juges veulent se rendre à Beyrouth pour y recueillir des témoignages directs, à Sabra et Chatila. Amir Drori, commandant de la région Nord, les accompagne. Mais un barrage de l'armée du Liban leur bloque le passage : pas de témoignages des principaux intéressés. On tente de se contenter de témoins plus éloignés, en s'adressant à la Croix Rouge : idem. Elle refuse d'y envoyer son personnel, mais elle accepte tout de même de fournir certains documents. Il reste le correspondant du New-York Times, mais c'est du pareil au même : le journal craint un précédent qui obligerait ses envoyés spéciaux à témoigner en d'autres lieux. On parvient cependant à interroger le chef des Phalanges. La conclusion du rapport publié le 7 fév. 83 veut qu'il est impossible d'impliquer la responsabilité directe de Tsahal, mais on estime que certains de ses officiers savaient ce qu'il se tramait sans s'impliquer pour séparer les belligérants. Ça vaut bien une petite démission. 

[3] Il n'est pas rare d'entendre dans les journaux télévisés ou radiophoniques la tournure : «L'Etat doit rendre sa réponse à la Cour suprême».

[4] הערת אגב en hébreu.

[5]  Wikipedia : la révolution constitutionnelle. Affaire de la banque Mizrahi.

[6] Wikipédia : la commission de nomination des juges. הוועדה לבחירת שופטים. . Voir aussi : le président de la Cour suprême. נשיא בית המשפט העליון

[8]  La révolution démocratique d'Alex Stein, sur le média Internet Mida, par Zéev Lec, le 24 dec. 18

[9] https://www.makorrishon.co.il/nrg/online/1/ART2/865/905.html De la victoire de Shaked sur  le tribunal.

[10] Article du journaliste Moshé Ifergan : la révolution qui n'a pas eu lieu : Ayeleth Shaked se moque de vous tous.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2019 7 12 /05 /mai /2019 10:26
Premier ministre, Jérusalem, été 93

 

Israël sous les bombes : de l'impensable à la routine

Comment des circonstances impensables se transforment en routine. La question se pose. Certes, les bombardements font l'objet de trêves plus ou moins prolongées, mais la situation s'est suffisamment détériorée pour que des populations juives se retrouvent à nouveau à la merci du bon ou du mauvais vouloir d'éléments extrinsèques haineux, avec chantages et rançons au tableau.

Le général Réhavam Zéévi, membre de la 12ème Knesset, et chef du parti Moledeth, disait au moment où le Premier ministre Rabin préparait son plan de «Gaza et Jéricho d'abord» : «Si on les écoute et que l'on accepte leur recommandation, la bande de Gaza deviendra une tumeur maligne et un foyer de terrorisme mille fois plus dangereux, quand les missiles Katioucha pleuvront sur Ashkelon et Sdéroth.» (Rapport de la Knesset, 22 mars 93). Impensable.

Rabin n'y voyait que divagation hallucinogène et fantaisiste et ne cachait pas son dédain, ce qu'il confirma victorieux : «Les histoires d'horreur du Likoud, on les connaît. Ne nous avaient-ils pas promis des Katiouchas depuis Gaza?» Précisant le 24 juillet 94 que cela faisait déjà un an que le gros de la bande de Gaza était sous l'emprise de l'Olp, il affirmait : «Il n'y a pas eu une seule Katioucha et il n'y aura pas de Katiouchas. Ce ne sont que des paroles. Le Likoud a peur de la paix comme de la mort. Ils ont peur de la paix. C'est ça, le Likoud d'aujourd'hui»[1]

Un an plus tard, Pérès prenait encore plus d'assurance pour se départir d'un rire cinématographique et déclarer : «Des voix se sont fait entendre de l'intérieur, nous menaçant de bombes et de Katiouchas qui seraient lancées de Gaza sur Ashkelon? Ont-elles été lancées?» (Pérès, 28 juin 95).

Il n'était pas bon de contester ce réalisme brillant et implacable du parti au pouvoir encensé constamment par la presse qui inondait les esprits de «processus de paix» et de «progrès décisifs dans le processus de paix». C'était tellement impensable et incontestable que l'idée de missiles tirés par les Arabes contre l'Etat juif, n'avait rien perdu de sa drôlerie dix ans plus tard : «Il y a eu un argument qui voulait qu'il y aurait une menace, une menace de sauve-qui-peut, une menace sur les localités du Néguev. Je n'avais encore jamais entendu une allégation aussi ridicule que celle-là» (Meir Chetrit, octobre 2004, au cours des délibérations ayant précédé le vote de l'anéantissement du judaïsme de Gaza).

On s'était habitué en dix ans à prendre les opposants aux accords avec l'ennemi pour des mauvais perdants, des grincheux vivant en pleine science fiction, à les considérer hargneusement, avec orgueil et dédain. Allons, soyons sérieux, puisque c'est impensable. Et puisque c'est impensable, c'est impossible.

La logique de l'absurdité, de l'inconscience et de l'irresponsabilité a voulu, puisqu'en dix ans les avertissements catastrophiques et apocalyptiques contre les bombardements s'étaient révélés dans toute leur drôlerie, que l'on pousse encore plus loin les limites de l'insolent non-sens et de l'ineptie.  Les débats préliminaires au vote contre la présence juive à Gaza, y compris celle de l'armée sur l'axe de Philadelphie (désignation alors codée d'une bande sécuritaire tampon à la hauteur de Rafah), ont été une orgie de délirium trémens où de dangereux fantaisistes ont eu le pouvoir décisionnaire d'ouvrir la porte au chaos.

Ehoud Olmert, ayant réintégré le Likoud suite à ses deux mandats à la mairie de Jérusalem (93-03) – que nous retrouverons plus loin, dans la mesure où la haine contre Israël serait due selon lui à des discours qui l'attiserait – déclare (oct. 2004): «Le désengagement (sic) apportera plus de protection, de sécurité, de prospérité, et bien plus de bonheur à tous les gens qui vivent au Moyen-Orient. Ensemble, nous irons de l'avant dans le sens de l'établissement de relations différentes, d'une meilleure compréhension et de plus de confiance.» L'affabulation est à son comble. Et il n'est pas possible de dire qu'on ne pouvait pas savoir, qu'il s'agissait simplement d'une opinion et d'une conviction qui a priori auraient pu fonctionner : les bombes artisanales avaient déjà commencé à pleuvoir sur le Goush Katif, et elles s'approchaient dangereusement de Sdéroth. Mais on se confortait encore dans un grisant impensable. 

Quinze ans après, la routine semble avoir toujours fait partie de notre quotidien. Ce n'était qu'une question de temps, d'organisation, d'argent et de richesse aussi. Le temps de se perfectionner et de passer de la petite fusée artisanale proche du pétard à mèche et de très courte portée (de la barrière de Névé Dekalim aux premières maisons) aux missiles de dernier cri, made in Iran. La gaucherie des partisans de l'impensable les a empêchés de voir plus loin que le bout de leur nez et de leur nombrilisme, répondant avec moquerie et mépris à ceux qui refusaient de se laisser droguer par l'illusion de faux messianisme voyant des loups changés en moutons au mauvais endroit.

Quand le Sud du pays vit sous les bombes, ce sont 690 missiles lancés sur la population civile, attaquée début mai en pleine quiétude du Shabbat, qui sont comptabilisés ; contre 400 lors des précédents bombardements en novembre dernier. S'ils n'avaient alors fait qu'une victime, un Arabe  de Hébron qui passait par là, les terroristes de Gaza ont assassiné trois Juifs, dont un homme qui se rendait paisiblement à la synagogue. Chacun est une perte immense, outre cette vie où l'on se sent pourchassé, où l'on doit prendre toujours la fuite et échapper à la menace de mort qui plane sur nos têtes. C'est presque la moitié du pays d'Israël qui doit vivre dans la peur, dans l'impossibilité de travailler, d'étudier, bref, de revendiquer naturellement son droit à la dignité humaine.

Faire passer le confort de celui qui vous détruit avant le vôtre

On entend trop souvent vanter les possibilités de notre armée, capable d'anéantir toute entité ennemie, de ne pas lui laisser deux pierres l'une sur l'autre. On vient minimiser les effets dévastateurs de l'irresponsabilité des décideurs qui ont permis par leur aveuglement que ces bombes soient lancées. Et c'est une relativisation qui marche, car en suivant le fil des réactions sur les réseaux de la libre expression, on retombe trop souvent sur cette crainte faussement morale mais véritablement corrompue de faire des victimes supposées innocentes dans les rangs  de l'ennemi. «Il faut porter un coup décisif au Hamas, écrit-on un peu partout, mais on ne peut pas d'un autre côté toucher chez eux des civils.» C'est une prise de position inouïe, surtout quand elle hante l'esprit de futures cibles potentielles.

C'est comme si on considérait que la vie de la population d'ennemis acharnés dont la seule motivation de l'existence est sinon de nous anéantir du moins de nous nuire, de nous attrister et de nous endeuiller, était plus importante que notre propre vie et que celle de nos propres frères, femmes et enfants. C'est comme si on disait froidement à nos proches qu'on ne peut rien faire pour eux car pour garantir leur sécurité il faudrait porter un coup à la population qui nous bombarde. C'est comme si on répondait à l'envers à la question : C'est eux ou nous.

Quand les Américains ont bombardé Berlin et Dresde, ils sont partis du principe que les Allemands ne pouvaient déployer leurs troupes sur de nombreux fronts en toute quiétude et faire de la vie de pays entiers un cauchemar,  en étant pour leur part toujours dans la certitude que leurs arrières ne seraient pas touchées ou menacées. Or, non seulement les terroristes n'éprouvent aucune crainte pour leurs familles, mais ils jouissent de surcroît du privilège de les faire soigner dans les hôpitaux qu'ils visent, comme cette petite-fille de criminel soignée en Israël. Ils craignent tellement peu pour leurs civils qu'ils se cachent derrière eux, établissant leurs rampes de lancement et leur planque au milieu de leurs épouses et de leurs enfants. Leur message est clair, mais il semble qu'il ait tout de même besoin d'être décrypté : «N'est-ce pas que votre moralité vous interdit de risquer de toucher nos civils? C'est tant mieux, car ça nous permet de nous cacher derrière eux pour mieux tuer les vôtres.»

Pour qui se dirait que nous avons des dômes de fer, et que le problème ne se poserait pas de cette façon, il faut savoir que ces systèmes de défense sont fondés sur une approche humaine, stratégique et militaire logique. Un tel bouclier sert à ne pas se laisser surprendre au cas hypothétique, a priori, où tel ou tel ennemi oserait se permettre de lancer les hostilités. Dans un cadre normal, il recevrait une réponse sur mesure, soit à la véritable mesure de la puissance de l'agressé, auquel cas il n'aurait plus jamais l'occasion de recommencer, soit dans une demi-mesure qui ne lui permettrait tout au plus que de tenter sporadiquement quelques autres lancements.

Mais là, c'est une autre logique qui prévaut dans le cerveau borné de l'ennemi : «De toute façon, premièrement, ils n'attaqueront jamais nos civils. Ils reprennent les mêmes dirigeants et ils recommencent, et les candidats qui voudraient les remplacer sont encore bien meilleurs pour nous, puisqu'ils ont mis sur le terrain, quand ils étaient militaires, leurs soldats en danger tellement ils craignaient pour les nôtres. Ce qu'il faut, donc, pour plonger les civils d'Israël dans l'enfer, c'est bombarder le plus intensément possible, au-delà de la saturation de leurs systèmes.» Nous connaissons tous ces standards téléphoniques de grands médias qui s'effondrent quand une émission rencontre un trop grand succès, et que les systèmes les plus performants tombent en panne.

Des lois qui confortent l'ennemi et remodèlent sa logique de guerre

Le général de réserve israélien Ben Sion Gruber, membre du centre opérationnel de Tsahal notamment lors de l'opération Plomb fondu, a encore déclaré tout récemment que nos dirigeants savent très bien où se cachent les têtes : sous des écoles ou des hôpitaux, ou à proximité de mosquées.

Au niveau de la formation des esprits de nos soldats, on parle de la «pureté de l'arme», qui est bien loin de la pureté de l'âme du judaïsme pour qui prendre en pitié ses ennemis revient à être cruel envers ceux qui la méritent vraiment. Voici ce que l'on enseigne aux premiers échelons de la hiérarchie militaire, dans la base de formation 1, où toutes les unités combattantes sont exposées toute une semaine à cette conception de la prépondérance de la présumée innocence de l'ennemi :

«S'il y a un doute, il n'y a pas de doute». Explication : si, en tant que simple soldat, voire officier, vous tombez, au beau milieu d'un environnement hostile et en situation de guerre, sur un individu qui pourrait en vouloir à votre vie mais qui pourrait n'être qu'un simple quidam, il est clair que vous ne tirerez pas. Voilà ce qui est dit à nos fils lors de la semaine de formation qui fait partie de leur cursus.

Quand on sait que la moindre fraction de seconde est décisive, quand il faut tirer plus vite et plus efficacement que l'ennemi, la responsabilité des cadres de l'armée met en danger nos soldats en semant le doute et en les rendant hésitants. Au lieu de se rendre sur le front déterminés, ils manquent de conviction et deviennent malhabiles en plein champ de bataille.

L'ennemi le sait et en tire profit. Il en a repensé toute sa stratégie fondée sur la fourberie et la lâcheté. Au lieu d'appréhender ou d'éviter que des civils non impliqués directement ne se retrouvent sur le chemin de Tsahal, il encouragera sciemment une foule non armée à grossir le nombre. Connaissant les ordres côté israélien, cette «unité spéciale» - ce groupe non armé - viendra provoquer et narguer nos soldats, comptant sur un effet d'écran de fumée pour les déconcentrer de leur véritable objectif stratégique, les terroristes armés qui prendront tout leur temps pour viser et se dérober. Donc, au lieu de s'écarter le plus loin possible, ces «commandos» feront perdre un temps précieux à Tsahal dans l'identification des provenances de tirs, leur feront des pieds-de-nez tellement ils se sentent hors de danger. Et si ça ne marche pas, s'il arrive qu'un soldat élimine ce bouclier en même temps que le tireur embusqué, ils pourront toujours se réjouir de la «bavure», car en vertu des ordres, non seulement ce soldat de Tsahal ne serait pas accueilli en héros mais cueilli à son retour à la maison pour être jeté au cachot.

Cas de victimes d'une guerre de tranchées d'un genre nouveau

Ce qui précède n'est pas purement théorique. Cela concerne aussi bien le danger en profondeur que les efforts d'endiguement d'une armada d'assassins qui cherchent à déferler sur les villages juifs. Cette tactique qui met en mouvement ces unités non armées décrites plus haut, qui résulte donc directement de nos ordres, permet aussi à des snippers de travailler main dans la main avec cette foule «inoffensive» et de profiter de cet écran de fumée pour tirer sur nos officiers.

Le vendredi 20 juillet 18, le sergent Aviv Lévy[2], a été tué exactement selon cette configuration par un tireur d'élite alors qu'une force non armée détournait l'attention des soldats de Tsahal. Le 25 juillet, un autre officier a été grièvement blessé dans des circonstances semblables. Des jeunes émeutiers se sont approchés de la barrière, et l'officier leur a sommé de s'éloigner. C'est à ce moment-là qu'il a été touché et a vacillé dans la poussière, bien que son groupe eût porté des gilets pare-balles.  Un autre incident de ce type s'est produit à la mi-janvier 19[3]. Ce qui avait dans un premier temps laissé les analystes de Tsahal dans l'expectative, se demandant si la coïncidence était fortuite, a fait place au constat d'une véritable tactique de guerre : des émeutiers sans armes font diversion, attirent les soldats dans leur rôle circonstanciel du maintien de l'ordre qui peuvent alors servir de cibles à des tireurs embusqués à distance. C'est encore ce qui s'est produit dans la suite d'incidents survenus environ dix jours après Pessah, quand un officier et une soldate ont été blessés (début mai 19).

Et ce sont également les mêmes ordres qui restent en vigueur quand nos soldats pénètrent à l'intérieur de zones de combats, où ils doivent composer au péril de leur vie avec des troupes de diversion qui peuvent tout aussi bien être armées. Mais comme le doute persiste jusqu'après le dernier moment, et que l'on nous a imprégné les cerveaux de la redoutable injonction neutralisante et mortelle : «Un doute… pas de doute…»

Le terrain préventif et judiciaire

Des collectifs civils tentent de lutter contre cet embrigadement à reculons de nos forces, et diffusent des messages clairs, où l'on peut voir en deux images ce qu'hésitation veut dire : les menottes ou le cercueil. Certes, on pourra toujours reprocher au vaillant défenseur d'Israël d'avoir fait une erreur de jugement, de ne pas avoir vu que ce qu'il avait pris pour une grenade dans la main de celui qu'il a neutralisé n'était en fait qu'un caillou. Mais ces cailloux sont transformés par les détracteurs d'Israël en or comme sous l'effet de la pierre philosophale, à l'exemple du rapport Goldstone, dont les prétendus témoignages recueillis ont mis Israël au ban des nations ou au pilori, bien que lorsque ledit Goldstone a reconnu par la suite qu'il avait été trompé, il était trop tard.

Elor Azaria avait craint que le terroriste qui venait de s'en prendre sauvagement à son compagnon d'arme, et dont il avait entamé le dépeçage vivant, n'ait eu, bien qu'il fût à terre, une ceinture d'explosifs sous le manteau qu'il portait malgré la chaleur, et qu'il ne l'actionnât. La défense avait insisté sur le fait qu'un terroriste ne peut être considéré comme neutralisé, en vertu des règles de Tsahal, qu'après un contrôle constatant soit son décès, soit l'absence de toute arme ou explosif sur le corps, ce qui n'avait pas été fait. Il était par conséquent impossible d'affirmer qu'il était véritablement hors d'état de nuire au moment où Elor a tiré. En tout état de cause, si on a préféré accuser Elor d'avoir tiré sur un terroriste déjà mort, on n'aurait pas pu alors l'accuser de l'avoir tué. Mais sa hiérarchie l'avait livré en pâture. Bougi Yaalon, alors ministre de la Défense, avant toute enquête, l'avait déjà déclaré coupable. Elor vien de publier (mars 19) un livre au titre éloquent : «Bougi, pourquoi m'avoir jeté aux chiens?»

Elor a donc choisi bien malgré lui les menottes, et il serait malhonnête de le critiquer en alléguant qu'il aurait mieux fait de ne rien faire, accusation dont ne se privent pas les spécialistes de l'après-coup absents de la scène de guerre. Qui pouvait savoir dans le feu de l'action que le terroriste ne portait pas en fait d'explosifs?

Les formateurs de la base 1 préconisent le choix du cercueil. Ils privilégient l'hommage rendu au héros de la maîtrise de soi qui a donné sa vie pour ne pas risquer une erreur d'appréciation, et non pas ce tireur qui aurait pu s'en tirer sans user de son arme. Mais d'où vient cette mentalité qui rappelle trait pour trait une certaine attitude dans une Europe verseuse d'une larme pour les victimes du nazisme et très en colère contre ce Juif qui met en déroute son persécuteur?

Le cheminement

Le dilemme israélien se conçoit sous deux angles opposés. Si le dénominateur commun à tous les Israéliens veut qu'ils ne soient pas dupes et restent conscients du danger incarné par la présence massive de cette minorité hostile qui ne cache pas sa haine, les deux aspirations divergentes tendaient respectivement à la mettre en route pour des contrées où elle serait en osmose avec ses semblables ; et à les intégrer, les respecter, les rendre israéliens, jusqu'à ce qu'ils renoncent à leur animosité viscérale envers les Juifs. Les deux démarches recherchaient la paix. La première, assez facile à comprendre, voulait que l'absence d'ennemis sanguinaires impliquât automatiquement l'absence du risque d'attentats ; la seconde, nettement moins évidente, tendait à les pacifier et à susciter en eux un sentiment de reconnaissance (entre autres, les Arabes en Israël jouissent d'un niveau de vie, d'une instruction et de soins médicaux aux antipodes de ce que proposent les pays du même nom).

Mais soixante-et-onze ans après l'indépendance, ils continuent à cracher dans la soupe et à considérer la résurrection de la nation d'Israël comme une catastrophe qu'ils marquent avec haine et agressivité. Il est vrai qu'il s'en est fallu de peu que Rommel arrive en Palestine juive pour y apporter sa part de solution finale. Sa défaite a enlevé le pain de la bouche de la haine qui salivait déjà en savourant par avance la curée.

En revanche, les partisans de l'intégration et de la pacification n'ont pas voulu reconnaître le problème démographique, étant par ailleurs bien conscients qu'une majorité arabe empêcherait à la longue la pérennité de la souveraineté et de la présence juive en Israël. Une interview sur ABC News[4] confronte deux partisans de ces visions qui s'opposent : le rabbin Meir Kahana, et le membre du Likoud susnommé Ehoud Olmert.

Meir Kahana, Réhavam Zéévi, Guéoula Cohen…

Ce dernier ne se contente pas de ne pas voir le problème démographique. Et, alors qu'il reconnaît sans détours l'animosité d'une population arabe qui perpètre quotidiennement son florilège d'attentats contre des Juifs, il identifie les causes de cette haine dans le discours du rabbin Kahana, qui selon lui exacerberait les sentiments de frustration. Pour le rabbin, cette haine est la cause et son discours le constat. L'intervieweur semble objectivement plus enclin à accepter le bon sens du discours du rabbin, mais il fait part de son incompréhension quant à la faiblesse de l'impact de ses positions en Israël. C'est là que l'on comprend que les dés sont pipés, quand le rabbin déclare qu'il est interdit de radio et de télévision en Israël.

Quand il cherche à entrer à la Knesset, une loi est vite mise en place pour interdire aux doubles nationaux l'éligibilité. Il renonce à sa nationalité américaine et entre à la Knesset. Mais, vue la pertinence de son discours, et le risque conséquent de le voir prendre de l'importance aux yeux des électeurs, sa dénonciation de la haine du secteur arabe en général lui vaut une nouvelle loi qui lui interdit de se présenter. En bref, on lui reproche son racisme contre les antijuifs.

Lorsque la  campagne électorale pour la 12ème Knesset bat son plein, le message du pouvoir est clair. Point d'alternative. Il n'est plus question d'écarter ou d'intégrer une population qui n'éprouve aucune sympathie ni reconnaissance pour l'idéal sioniste. Il faut se résigner. Seul le parti Molédeth tente encore de défendre l'idée du transfert. C'est son chef cité plus haut, Rehavam Zéévi, qui utilisera ce terme (טרנספר) orthographié en hébreu, afin de calmer les esprits qui s'effraient à l'idée de devoir se séparer de ce bouillon de culture d'où s'échappent presque quotidiennement des tueurs. Il n'est pas aussi populaire que le rabbin Kahana, mais en dépit de ses faibles chances, et de la crainte de nombreux électeurs de perdre leur vote, il entre avec deux mandats.

Une autre militante intervient : Guéoula Cohen. Elle a participé à la lutte contre les autorités du Mandat britannique qui avait corrompu sa mission et oublié que la Palestine lui avait été confiée en vue d'y préparer l'avènement du Foyer Juif. Arrêtée par la police britannique en pleine émission radiophonique clandestine, sa troisième tentative d'évasion sera la bonne. Ancienne membre du Lehi, puis du Likoud, elle fonde le parti de la Tehiya (résurrection). Il réunit religieux et laïcs autour de l'idéal et de la revendication sans concessions du lien d'appartenance entre le peuple juif et sa terre.

Au cours d'un meeting électoral dans la localité de Bet-El, en 88, ses paroles mesurées lui valent la question suivante d'une auditrice : «Puisque vous revendiquez notre droit de vivre où bon nous semble sur notre terre, et sachant qu'en certains lieux, c'est dangereux, voire impossible, pourquoi ne préconisez-vous pas le déplacement de la population qui nous en empêche?»

Elle explique qu'elle marche sur des œufs, un peu comme si elle expliquait le principe éliminatoire du jeu du «ni oui, ni non». Puis, elle se met à rêver à haute voix : «Ah, eh oui! Tout le monde aimerait se réveiller un beau matin et constater qu'ils ne sont plus là! Quel monde paisible tout à coup! Mais voilà… la nuit passe, on se réveille, ettttt!» Elle lève les yeux au ciel, écarte les paumes de ses mains dans un geste d'impuissance. Son effet lyrique est vite interrompu quand la questionneuse complète sa phrase : «et ils sont encore plus nombreux.» Le parti tellement rassembleur obtiendra trois sièges.

Les électeurs sont canalisés. Le message du système est clair : «Non, vous ne serez pas débarrassés de vos ennemis. Vous n'aurez plus d'autre choix que de les dissuader ou de les amadouer».

L'Israélien moyen, si on peut se permettre cette désignation, n'est donc pas nécessairement naïf. Bien qu'on lui laisse entendre que la carte de la dissuasion a été jouée sans succès (Rabin est ministre de la Défense quand éclatent les émeutes arabes de 87, voir «Gaza, la Paix perdue» ©), le public choisit la droite de Shamir. Mais les médias ne sont pas synchrones et poursuivent leur propagande, soutiennent qu'il faut du courage pour faire la paix, pour parler avec ses ennemis, pour surmonter les vieilles rancœurs. Shamir est présenté comme un vieux bourru, borné sans retour. Mais…

Tant et si bien que Shamir accepte le principe des discussions de Madrid, mascarade où les modérés – tout est relatif – qu'il accepte comme partenaires font le va et vient entre la table des négociations et le couloir où ils reçoivent les ordres des chefs des organisations terroristes. Shamir, dans un chant du cygne politique désespéré mais accroché à ses valeurs comme aux angles de l'autel, déclarera : «Mes successeurs politiques signeront peut-être des accords avec les terroristes, leur accorderont un pied-à-terre mais, avec moi, ils n'auront pas un pouce.» Avec son ministre du Logement, Sharon, ils lancent une dernière tentative de peuplement en allant jusqu'à doubler dans certains quartiers juifs de Judée-Samarie le nombre de logements.

Le fruit est mûr. Il ne reste plus qu'à le cueillir : la mascarade précitée est mise à profit par Rabin : «Pourquoi parler avec des intermédiaires? Je vous promets la fin de cent ans de conflit en ouvrant enfin la porte au dialogue».

La suite est connue : les factions terroristes sont introduites et armées. Les attentats suicident ainsi importés mettent fin à la paix de facto. Un argumentaire nouveau se met en place : ce n'est pas la faute d'Arafat mais de ses opposants (la suite montrera le contraire), il faudra beaucoup de patience car l'enjeu en vaut la chandelle ; ainsi que de nouveaux concepts : les ennemis de la paix – les tireurs et auteurs d'attentats à la bombe – et les opposants à la paix – tout Israélien qui remet en cause le principe-même de cet acoquinement avec les pires assassins antijuifs contemporains.

Les autorités tempèrent les exécutions massives de civils israéliens en fermant pour quelques jours l'accès aux Arabes des territoires. Mais chaque fois que quelques jours de tranquillité s'écoulent, on ouvre les passages, et c'est encore un autobus, un restaurant, la terrasse d'un café, qui se transforment en scènes de carnage. Un ami me disait : «Evite autant que tu le peux de te retrouver sur la voie publique le dimanche à Jérusalem et le lundi à Tel-Aviv». Ironie du désespoir, tel a été en effet le schéma concret des accords de paix. Cette situation contre laquelle le gouvernement était impuissant, a fait chuter sa cote de popularité à moins de 20%. Le Premier ministre ne pouvait plus se produire en public, sans que ce public ait été préalablement minutieusement sélectionné, comme le soulignait l'animateur radio Adir Zik dans son émission hebdomadaire d'Arouts Chéva, la septième chaîne, qui émettait clandestinement d'un chalutier au large de Haïfa (et d'une antenne de relai à Bet-El).

A aucun stade, le gouvernement n'a reconnu son erreur, admis avoir pu s'être trompé quelque part. Il n'a fait que se convaincre de son propre slogan jouant entre les ennemis et les opposants à la paix. La radio abondait en ce sens. Pourtant, Rabin prit une décision : puisqu'il était question d'un échange de paix et de territoires, Israël continuerait à livrer la marchandise qu'après que l'Olp ait lui aussi tenu ses engagements. Rabin s'est arrêté à «Gaza et Jéricho d'abord». Son message devenait : «Pas de paix, pas de territoire».

Son assassinat allait faire d'une pierre deux coups : a. Le remontée fantastique de la popularité du parti travailliste, l'opinion ayant réagi non plus avec son cerveau mais avec ses tripes, ce qui a légitimé en parallèle une véritable chasse aux sorcières contre toute autorité morale revendiquant les droits du peuple juif sur l'ensemble de son sol national ; b. Le Premier ministre intérim a disposé de six mois pour effectuer le retrait de Tsahal des grandes villes d'occupation arabo-musulmane (celle-ci ayant peu à peu liquidé la composante arabo-chrétienne de Bethléem), sans aucune paix en échange.

Effet Netanyahou

En 96, Netanyahou a battu Pérès. D'aucuns diront miraculeusement. Le nouvel adage disait : «On s'est endormis avec Pérès et on s'est réveillés avec Netanyahou». Le peuple déçu n'assista pas au retournement escompté : les terroristes ne furent pas appréhendés ou chassés, ceux qui les avaient introduits ne furent pas jugés pour intelligence avec l'ennemi. Et pourtant, Netanyahou félicita le journaliste d'Aroutz 7 venu l'interroger suite à sa victoire, car il savait pertinemment que cette radio était le seul contrepoids d'un système médiatique monolithique, qui répétait continuellement le verset : «Tu as assassiné, et tu as aussi hérité». Mais il ne fit pas le ménage. Les journalistes terrorisés reprirent bien vite du poil de la bête.

Et il fallut près d'un an pour que la vaste campagne de construction du gouvernement Shamir-Sharon, dont les appartements avaient été scellés par Rabin-Pérès, aboutissent enfin à la vente au profit de jeunes familles.

Aujourd'hui, coup sur coup, Netanyahou se fait réélire par son peuple. On s'endort avec son opposant dédoublé ou quadruplé, avec Herzog-Livni, ou Gantz-Lapid-Ashkénazi-Yaalon et on se réveille avec Netanyahou. Des pressions terribles sont exercées de l'extérieur pour tenter d'empêcher sa réélection. Des budgets énormes sont engagés, comme pour le V15 avant la 18ème Knesset, et des tentatives presque d'ingérence font que certains monarques reçoivent ses opposants pour tenter de faire pencher la balance contre lui.

Mais on peut se demander pourquoi il fait l'objet d'un tel acharnement depuis l'étranger.  Il n'a pas reconquis Gaza pour y réinstaller les Juifs expulsés. Il n'a pas démantelé l'autorité encore exercée à ce jour par ce chef terroriste du Fatah qui interdit au nord de Jérusalem l'accès et le passage à tout Juif. Alors, pourquoi est-il tellement diabolisé par les antisionistes/antisémites? Il est simplement permis de comprendre que les autres, en l'occurrence ce parti à quatre têtes, serait bien plus catastrophique pour Israël…

C'est le doigt de D.

Quand les bombardements massifs submergent les systèmes de défense, que les systèmes et autres dômes les plus sophistiqués sont débordés, et que les missiles pleuvent comme des grêlons, les ennemis d'Israël, constatant qu'en novembre dernier, leur unique victime réelle comptait parmi la population pour laquelle a priori ils attaquent Israël, pourraient honnêtement se dire : «C'est le doigt de D.»

Une approche naïve des temps nouveaux nous fait croire qu'en cas de reconnaissance de l'implication divine, le méchant admettra la vérité. Mais à quel moment l'ennemi réagit en conséquence et déclare : «Fuyons devant les enfants d'Israël, car D. fait la guerre pour eux»?

Il n'est absolument pas évident que reconnaître pour un ennemi d'Israël que D. combat pour lui le pousse à reconnaître son tort. Ce serait oublier qu'avant que la question d'Israël ne se posât, il pouvait construire une tour à Babel pour arriver jusqu'aux cieux et le combattre, ou encore, comme le Laban biblique, protester en campant sur ses positions, en restant sûr de son droit, et en considérant Jacob et sa famille comme ses esclaves, ne renonçant pas mais s'inclinant devant la force. Que les criminels qui occupent la bande de Gaza dont ils ont fait une rampe de lancement de missiles pour bombarder Israël reconnaissent le doigt de D. ne changera rien à leur entêtement, et il en est de même pour tous leurs soutiens à travers le monde. Ils continueront de se conforter dans leur position de forces du mal. Ils se sentent en mesure sinon de s'opposer à la restauration d'Israël, du moins de harceler le rassemblement des exilés en tant que nation libre sur leur terre, et ils poursuivront leur guerre contre D., tel Amalek s'attaquant au peuple progressant dans le désert vers la terre d'Israël et marchant derrière Moshé, son berger.

 

 Yéochoua Sultan ©

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 11:55
Le caractère d'une société se définit sur la base de sa population

Ce n'est pas le pays qui fait l'homme, c'est l'homme qui fait le pays. Ce n'est pas l'époque qui fait l'homme, mais encore une fois l'inverse.

Certaines phrases édictées péremptoirement comme des axiomes sonnent bien et suscitent le respect. Néanmoins, beaucoup ne veulent rien dire. Le langage journalistique dit qu'untel a trouvé la mort. Que gagnerait-on à le contredire en affirmant le contraire : que c'est la mort qui l'a trouvé? Certaines inversions de phrases impliquent une inversion de sens. Un chansonnier inversait le sujet et le complément d'objet de la prise entre l'homme et la mer. Son jeu de mot inversait le rapport de domination. Si vous prenez la mouche, ça a un sens. Si c'est la mouche qui vous prend, c'est déjà moins évident. Trêve d'élucubrations pseudo-comiques.

L'énoncé de départ peut susciter l'agacement. Prenons un pays dangereux au hasard : la Syrie. En quoi est-ce que ça change quelque chose, pour celui qui se retrouverait malencontreusement dans ce pays, que la Syrie ait rendu le Syrien dangereux ou que le Syrien ait rendu la Syrie infréquentable? Ça revient strictement au même.

Le problème réel démarre si vous décalez votre référentiel et que vous le placiez mettons en France. Bien que notre énoncé si joliment posé semble dénué de fond, nous pensons tous (ou presque) sans y penser que c'est le pays qui fait l'homme. Cette approche remonte à notre plus tendre enfance. Les cours de géographie nous présentent des pays déplorables et d'autres ou il fait bon vivre. Donc : vous êtes né au bon endroit. Les cours d'histoire nous présentent des époques de servage et de misère, d'autres avec une guillotine à chaque coin de rue, et enfin pour les plus jeunes une époque où vous ne courrez plus le risque d'être retranché de la vie en cas d'erreur judiciaire à votre détriment. Donc : vous êtes né à la bonne époque.

Pour vous, pour nous, c'est bien le pays et l'époque qui font que nous ne sommes pas des pilleurs violeurs trancheurs de têtes et que nous ne sommes plus des guillotineurs ou des guillotinés.

Et c'est précisément cette approche qui met en péril les acquis de notre civilisation. Nous l'allons montrer instamment. Notre indignation, jusqu'à une période encore récente, quand la société n'était pas trop moribonde, nous poussait à nous écrier : «Mais enfin nous sommes en France!» ou : «Mais enfin, nous ne sommes plus au moyen-âge!»  L'implication logique desdites exclamations exige que toute personne débarquée d'un autre pays ou d'une autre époque – cette dernière éventualité reste tout à fait réaliste dans la mesure où certains pays vivent relativement à des époques reculées technologiquement et mentalement, la seconde tare étant bien plus difficile à soigner que la première – se transforme d'un coup de baguette magique – en citoyen français moderne et empreint de civilité (nous évitons ici «civilisé» ou «civilisation» pour ne pas ouvrir la porte à une autre polémique, tout groupe ayant ses codes civilisationnels). 

Nous ne sommes pas capables de concevoir que des populations en migration d'Est en Ouest ou du Sud au Nord, pour converger vers la France et le reste du vieux continent, soient à même de faire basculer notre civilisation dans la misère et la violence qui sévit à leurs différents points de départ. Mais pourquoi serait-ce donc à ce point inimaginable?

C'est précisément parce que nous pensons que c'est le lieu et l'époque qui font la civilisation que le raisonnement suivant est possible : l'Europe souffre d'un déficit des naissances et d'un vieillissement de la population. Laissons-y un sang nouveau s'installer, et ce double problème sera réglé. D'où les mines attendries et hébétées d'officiels coupés du monde réel au regard de la forte natalité des natifs d'autres continents se retrouvant magiquement, d'un coup de naturalisation, nouveaux Européens qui travailleraient démographiquement pour l'Europe.

On n'a pas seulement fait appel à des mères porteuses venant remédier à la fatigue et au doute civilisationnels qui font qu'à quarante-cinq ans, on se demande encore si on n'est pas trop jeune pour fonder une famille ; on a réussi aussi à faire venir les inséminateurs. Il ne nous reste plus qu'à nous installer confortablement dans notre fauteuil et laisser le travail se faire tout seul, un peu à la manière du robinet qui remplit votre baignoire – que c'est beau le progrès – sans qu'il vous faille transporter de lourds seaux remplis d'eau.

Et c'est encore une fois cette conceptualisation qui nous fait éprouver de la compassion pour tel sujet débarqué de tel régime obscurantiste mû par un dogme politico-religieux prônant la razzia et l'égorgement de l'infidèle. C'est elle qui fait que nous sommes incapables de prudence qui devrait faire que nous le considérions a priori comme le fidèle ambassadeur de son pays. En offrant à ces arrivants l'égalité, l'insertion, en mettant à leur disposition d'énormes budgets d'intégration,  en les accueillant dans nos villes et nos banlieues, nous pensons en faire à terme nos égaux, nous pensons qu'ils s'estimeront heureux : «Et dire que mes parents étaient d'origine… Ah, ce qu'on est bien, ici! Quelle chance de vivre ici et maintenant!»

Néanmoins nous avons vu ces arrivants reforger le pays à leur image, les langues européennes s'étioler et s'absenter de l'école publique, la rue du folklore local d'antan disparaître du paysage et l'exotisme locataire se faire indigène et propriétaire, la soumission et l'absence de la femme de l'espace public représenter désormais le nouveau concept de sa liberté, les haut-parleurs modernes et hurlants supplanter progressivement les vieilles cloches d'airain non moins bruyantes cependant…

A contrario, doit-on faire sienne irrémédiablement l'autre extrémité de notre premier énoncé? Serions-nous réduits à la morale de la chatte métamorphosée en femme du sieur Lafontaine?

Brièvement, c'est l'histoire d'un homme seul qui apprécie tellement sa chatte (l'animal portant ce nom) qu'à force de prière, elle se transforme en femme. (Tout ce qui est souligné est extrait du texte original, sans changer une virgule).

«Il l'amadoue, elle le flatte». Le Français amadoue beaucoup celui dont il veut faire son égal, mais c'est encore lui qui le flatte. L'immigré le ressent bien : «Il m'amadoue, il me flatte».  Or donc : «Il n'y trouve plus rien de chatte, et poussant l'erreur jusqu'au bout, la croit femme en tout et partout, lorsque quelques souris qui rongeaient la natte troublèrent le plaisir des nouveaux mariés. Aussitôt la femme est sur pieds. Souris de revenir, femme d'être en posture […] tant le naturel a de force.» Puis : «En vain de son train ordinaire on le veut désaccoutumer.» Et enfin : «Qu'on lui ferme la porte au nez, il reviendra par les fenêtres». En termes plus actuels : «Chassez le naturel, il reviendra au galop».

Faudrait-il donc comprendre qu'incurablement, le rustre le sera pour l'éternité? Pas nécessairement. Car d'humain à humain, il ne s'agit pas d'une métamorphose, mais d'un changement de milieu. Mais alors, dans ce cas, nous contredirions-nous en disant que c'est le pays qui fait l'homme?

On peut appréhender la parabole de Lafontaine également ainsi : tant que cette créature vivra en côtoyant les gens de son nouveau milieu, elle poursuivra son effort d'adaptation. Et, même si elle compte encore dans sa langue de départ, ses enfants compteront dans celle d'arrivée. Mais qu'elle retrouve ce qui faisait d'elle ce qu'elle était, et automatiquement elle replongera. Le convalescent revenu d'une addiction ne doit plus rencontrer ses fréquentations du temps de son addiction.

Il ne faut pas laisser de souris ronger la natte! Si je suis un enfant martien admis dans une classe de terriens, si les terriens m'acceptent comme l'un des leurs et que je fasse tous les efforts pour être comme eux, je pourrais toutefois manger chez moi sans l'afficher ma nourriture martienne avec quelques autres comparses de ma petite minorité. Mais que des milliers de martiens débarquent, et ils me malmèneront et me considèreront comme un traître : «Toi? Terrien? Non mais pour qui tu te prends?»

Le Rav Aviner, dans son livre, «les Princes de l'humanité», s'interroge quant au plus sage des hommes. Comment pourrait-on accuser le roi Salomon, épris de piété, d'avoir épousé des femmes idolâtres? Il répond qu'il n'a jamais été question de cela en réalité. Salomon ne pouvait épouser une felle n'adhérant pas au monothéisme d'Israël. Seulement, les prosélytes étaient vraisemblablement acceptés en trop grand nombre à la fois, et cette quantité nuisait à la qualité de leur sincérité à la fois non éprouvée et mise à trop dure épreuve. Et certaines nouvelles venues avaient conservé leurs fétiches dans leurs bagages.

Conversion ou naturalisation, il faut laisser au corps absorbant sa capacité d'absorption, et l'abus de naturalisation ne saurait chasser le naturel.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 20:15
Le rassemblement des exilés d'Israël, réalisation humaine laïque ou concrétisation d'une antique prophétie?

L'histoire ou la face cachée

Une tempête de siècle, ou plus simplement un vent violent, un raz-de-marée, une déclaration politique inattendue… autant d'événements qui peuvent être associés à la volonté du Créateur ou dissociés d'elle.

Deux angles opposés et de même sommet et de charges identiques s'affrontent dans l'appréhension du cosmos et de tout ce qu'il contient : le religieux et le laïc. Le premier attribue des forces supranaturelles, transcendantales, à la création. Le second explique tout scientifiquement, rationnellement, approche qu'il nie au premier, et ce qu'il ne parvient pas à résoudre n'est que partie remise. Nous allons nous interroger sur les principes de dichotomie ou de compatibilité entre la foi et le cartésien.

Le superstitieux et le rationnel

Un volcan entre en éruption. Une peuplade primitive vit en-dessous de lui, dans la plaine. Elle humanise le volcan, lui prête des intentions, de la colère. Elle s'en remet à sa clémence, sa magnanimité. Ses notables déposent des offrandes, des simples oranges aux sacrifices humains, pour l'apaiser. Que le volcan cesse de gronder, et ils attribueront cette annulation du funeste décret à leur intervention. Le scientifique sourit, et peut leur expliquer, si seulement ils sont prêts à l'écouter, les phénomènes tectoniques sous-jacents, les faiblesses et les failles de la croûte terrestre, le magma qui sommeille en-dessous.  

Récemment encore, chez les Papous, on se livrait au cannibalisme. Ça n'avait rien de méchant ; au contraire, on montrait en consommant la chair fumée des chers disparus combien on les aimait. D'ailleurs, tout le monde n'avait pas droit à ce privilège, seulement les plus proches, et un rituel précis prévoyait la répartition des membres du défunt entre ceux de la famille. Ainsi, dans une contrée de l'Est de la Nouvelle-Guinée, chez les tribus Foré,  alors colonie britannique, beaucoup mouraient, frappés par le kuru. Deux groupes courroucés se livraient une guerre acharnée, s'accusant mutuellement de dispenser généreusement des malédictions à l'autre camp. Le kuru, qui faisait perdre au malade le sens de l'équilibre, sa lucidité, son appétit, provoquait aussi des tremblements dont l'origine remontait sans coup férir à des pratiques de sorcellerie de l'autre camp. Plus rationnellement, cette maladie surprenante a été comparée à celle de la vache folle ou plus exactement, dans leur cas, au syndrome de Creutzfeldt-Jakob. Et pourtant, impossible de conjurer le mauvais sort. Les Anglais, garants de la civilisation et de ses valeurs, interdirent le cannibalisme, et, pour se faire obéir, ils désignèrent des surveillants locaux. De la sorte, cette pratique prit fin.

Simultanément, par extraordinaire, alors que les recherches de médecins européens ayant longtemps vécu au milieu des Papous n'ont pratiquement rien donné, bien qu'ils soient allés jusqu'à mettre en confiance un chef pour qu'il les laissât prélever un échantillon de cerveau d'une jeune victime, afin de l'inoculer à des bonobos et de constater que, de cette manière, le mal était contagieux, la maladie disparut comme par enchantement. Au lieu de mêler les bonobos une fois le chef en confiance, ils auraient dû plus simplement prendre le risque et part eux-mêmes à ce curieux festin, ce qui aurait eu l'avantage de simplifier l'expérience scientifique.

Nous pourrions conclure que, s'étant humanisés, ils obtinrent une bénédiction du Ciel qui leur accorda la grâce et la guérison miraculeuse. On peut dire aussi que la consommation des cellules malades et contagieuses des défunts ayant pris fin, les jeunes papous comme les vieux ont tout simplement arrêté de se contaminer.

Mais l'un empêche-t-il l'autre?

Expliquons-nous. Il est effectivement facile de s'accorder le beau rôle du scientifisme et de l'athéisme en se mesurant à des superstitieux, à des gens qui se réfèrent à mille et un dieux, qu'ils soient sophistiqués comme ceux de l'Olympe ou plus bruts, impliquant la déification de chaque élément, montagne, torrent, soleil, et à plus forte raison les éléments frappant l'imagination ou frappants tout court comme les volcans, les tsunamis, les éclairs et le tonnerre... Mais il est peut-être moins aisé de s'attaquer au véritable monothéisme, celui des Hébreux devenus Juifs et témoins de la Révélation. Car qui a dit qu'un phénomène naturel explicable scientifiquement n'est pas en soi l'émissaire qui vient exécuter la sentence divine?

Une difficulté majeure se retrouve dès qu'il est question de châtier les créatures, quand leur sort est irréversiblement scellé. Nous nous arrêterons succinctement sur trois événements bibliques significatifs. La génération dite du déluge, la plaie des sauterelles et l'anéantissement de l'armée pharaonique dans les eaux de la mer des Joncs. Si nous partons du principe que l'Eternel a non seulement créé les cieux, la terre, etc., mais que de surcroît il en maintient à tout instant l'existence, pourquoi ses décrets sont-ils réalisés par les voies naturelles? Au lieu de retirer la vie à la génération de Noé, comme il le fit en ne restituant pas leurs âmes aux soldats de Sennachérib assiégeant Jérusalem sous le règne d'Ézéchias, nous constatons en lisant simplement le texte qu'il faut d'abord quarante jours de pluies, puis une deuxième période équivalente pour que les montagnes les plus hautes soient submergées, et enfin une dernière pour que le niveau redescende. Pour la plaie des sauterelles, le texte est explicite : c'est un vent qui les apporte, et c'est encore un vent qui les emporte. Quant à l'ouverture de la mer, il est bien précisé qu'un vent puissant a soufflé toute la nuit précédente. Donc, tous ces phénomènes peuvent être expliqués scientifiquement : la pluie, l'inondation, la tempête, un phénomène ponctuel de marée basse…

Les sources racontent que Titus avait bien compris le principe. Dieu se sert des éléments pour exécuter ses décrets. Après la destruction du Temple, Titus prend la mer. Elle commence à s'agiter. Il défie le Créateur. «Bien sûr, tu ne te sens fort que sur l'eau. Tu es bien moins efficient sur la terre ferme.» La mer redevient calme. Puis un insecte ailé s'introduit dans la narine de Titus, se loge dans ses sinus et bourdonne. Impossible de l'en extraire. Le supplice se fait de plus en plus insoutenable, et ce n'est qu'en se tenant près d'un forgeron qui frappe le métal que Titus peut ressentir un semblant de soulagement. A sa mort, on retira de son cerveau un énorme moustique. Quel entomologiste zélé nous donnera le nom de ce nématocère? Car voici encore un phénomène qui peut s'expliquer rationnellement.

Dans ce contexte, un autre phénomène remarquable met en scène les éléments naturels. D'ailleurs  il nous ramène une fois de plus au thème du volcan. Pompéi est bien connue, moins qu'Herculanum, Oplontis ou Stables. Ces quatre imposantes cités romaines de Campanie ont été détruites en quelques heures par un feu tombé du ciel, soit par l'éruption du Vésuve, plus rationnellement parlant. Cette brutale disparition de villes entières n'est pas sans rappeler les quatre villes dont la culture générale a surtout retenu les noms de Sodome et Gomorrhe. Dans les deux cas, les sites sont restés dans leur état de désolation. Le plus fort, c'est qu'à Pompéi, si jamais on cherchait à remettre en question cet événement, des fouilles ont permis de retrouver les habitants de la ville  dans le feu de l'action, si l'on peut dire, dans ce à quoi ils étaient occupés au moment où la pluie incandescente les a surpris. C'est à Pompéi que vivaient les dirigeants romains, le gratin d'une société qui n'était pas étrangère à la destruction du Temple. En 62 de l'ère vulgaire, la région subit un premier tremblement de terre. Le sol se montre nerveux en 70. Du mois d'août 70 au mois d'août de l'an 79, de la destruction de Jérusalem aux villes nanties de Rome anéanties dans la foulée, il est bien entendu tout à fait possible d'expliquer le plus scientifiquement qu'il soit ce qui s'est produit.

L'observation de la nature, remercier Dieu ou le renier

Il est en principe impossible de prouver scientifiquement l'existence de D., puisque le scientifique raisonne sur le mesurable. Mais il nous reste le raisonnement par l'absurde. Ce procédé démontre que ci le phénomène y qui représente l'antithèse du phénomène x est impossible, alors la réalité d'y s'impose.

Aristote, Platon, et les autres, sont connus pour leur position sur la question de la création. Ce qui les dérange, c'est qu'il ne peut y avoir de création sans créateur, et on le retrouve à tous les niveaux de ce qui est fabriqué sur terre dès que l'on se penche sur les êtres vivants : la maison de l'homme, le barrage du castor, le nid de la pie… Et c'est là que la solution desdits philosophes est originale. Pour eux, le monde n'a pas été créé, pour la bonne raison qu'il a toujours existé. C'est une situation donnée connue depuis toujours, depuis que l'homme est homme. Leur position est solide. Ce n'est pas à eux de prouver que le monde a toujours existé, mais à ceux qui le contestent de prouver son contraire. Tout au plus admettent-il cependant une cause créatrice, mais pas dans le sens où l'entend le judaïsme, ni les religions qui en dérivent ou s'y greffent, et la nuance est énorme : car pour eux la matière est préexistante et c'est elle qui permet à l'entité créatrice d'inférer des formes à la matière, un peu comme le plus brillant des peintres utilisera dans tous les cas des matériaux, toile, couleurs, et des outils, contenants, pinceaux… dont l'existence est plus ancienne que la sienne.

C'est un problème de vocabulaire qui nous fait penser que le philosophe et le rabbin ne discutent pas sur un malentendu, dans un total quiproquo, et qu'ils débattraient sur la même longueur d'onde. En effet, le verbe bara, dans le premier verset de la Genèse, est traduit par créa [les cieux et la terre]. Le problème, c'est que le verbe suivant, qui porte la racine yaçar, est aussi rendu par créer. Or, il ne peut en être ainsi, puisque le premier verbe indique une création à partir du néant, et le second à partir de la matière, c'est-à-dire un façonnage. Ce second sens se retrouve aujourd'hui encore, puisque l'homme se crée à partir de la terre, en tant que dernier échelon de la chaîne alimentaire qui démarre à partir des sels minéraux contenus dans le sol, de l'eau qui est aussi un minéral, et subissent diverses transformations pour devenir la matière physique de l'homme. Yaçar devrait, au nom de la précision scientifique linguistique, être rendu par former, ou transformer.

En revanche, l'idée créatrice et le principe de l'expansion de l'univers chers à la physique cantique n'impliquent non seulement aucune contradiction entre l'idée du Créateur et le raisonnement scientifique, mais pourraient bien signifier que tous ces phénomènes physiques et biologiques doivent bien avoir un auteur, qui créa le temps en même temps qu'il créa l'espace.

Il en est de même pour la difficulté de l'incompatibilité à première vue entre la matière et le spirituel. Or, l'idée générale des tissus, qui se restreint aux dimensions de la molécule, puis de l'atome, lui-même composé d'un noyau aux protons chargés positivement et aux électrons de charge négative qui gravitent autour de celui-ci en laissant un énorme vide, aboutit au principe de la non-existence de la matière, pure apparence, qui se réduit à un assemblage, une relation, une interaction entre des phénomènes et des forces qui donnent l'image si réelle et si solide de ce qui devient concret pour la perception de nos sens.

Une autre idée, celle de l'élaboration des espèces, quand sont extraits des couches géologiques plus profondes – donc anciennes – des organismes moins complexes que ceux des couches plus superficielles, suit elle aussi le déroulement chronologique biblique des six jours de la création, allant d'une mer déserte à l'apparition des continents, puis du protozoaire au mammifères dont l'homme est le sommet, s'il est permis de s'attacher dans le récit de la création au sens obvie du texte.

Donc, les mêmes réalités entraînent des effets opposés, puisque des mêmes observations on aboutit à de véritables postulats, à deux systèmes dont l'un reconnait le Créateur, et l'autre le renie. Et s'il existe un élément qui, par excellence, illustre cette divergence, c'est bien le singe. Sa ressemblance avec l'homme est plus que frappante. Il est immanquable que, lors d'une visite au jardin des plantes ou dans n'importe quel zoo, vous ne trouviez un air de famille entre tel orang-outan et tel voisin pensif, ou telle antelle ou ouistiti et tel enfant turbulent de votre voisinage. Encore une fois, les réactions seront divergentes. Soit vous vous attacherez au dogme évolutionniste qui vous fera voir en ce singe par raccourci votre grand-père, soit vous remercierez Dieu pour avoir échappé à ce côté identique par la différenciation que vous procure «juste l'âme pure dont la finalité consiste à comparaître devant le Roi des Rois, le Saint béni soit-Il», cette âme qui vous attribue le discernement et le libre arbitre, comme le suggère le rituel de prière, le Sidour, au chapitre de la prière du matin, qui postule sans elle : «Point de différence de la bête à l'homme».

Le gardien de son frère

Une autre difficulté, de taille, elle aussi, se retrouve dans les brefs récits de la Genèse que le monde entier connaît par cœur. C'est cette sorte de mouvement d'aller-retour constant, d'approche et d'absence, pour ainsi dire, du Créateur auprès de sa création. Un ordre est donné, ou établi. Adam ne doit pas consommer le fruit de la connaissance – préférons à ce terme celui de discernement – et Caïn, froissé de s'être vu refuser son offrande, reçoit un encouragement divin doublé d'une terrible mise en garde. Il lui est enjoint de s'améliorer, sans quoi le péché, tapis à sa porte, prendra possession de lui. On remarquera qu'à chaque fois, après la faute, Dieu interroge le fauteur. Il cherche quelqu'un : «Où es-tu?» «Où est ton frère?» Adam reste humble. Il tente piteusement de se justifier, aggravant en fait son cas, puisqu'il est qualifié d'ingrat par les exégètes, reprochant au Créateur son merveilleux cadeau : «c'est la femme que tu m'as donnée». Quant à Caïn, il renvoie l'accusation à Dieu ; car lorsqu'il rétorque : «Suis-je le gardien de mon frère?», qu'insinue-t-il exactement? «Le gardien, c'est toi. Où étais-tu quand cet assassinat s'est produit?» Un homme en assassine un autre, et la question, c'est de savoir où était Dieu à ce moment-là?!

Qui responsabilise l'homme acquitte Dieu. Et qui déresponsabilise l'homme l'accuse. Le prophète vient renforcer cette double relation, avec les deux côtés de la même médaille : «Béni soit l'homme qui place sa confiance en Dieu…» «Maudit soit l'homme qui place sa confiance en l'homme». Peut-être cette mise en garde vient-elle nous prévenir qu'il faut prendre au sérieux les menaces des régimes humains, des mouvements idéologiques destructifs et menaçants, sans chercher à les excuser et à minimiser le danger potentiel qu'ils représentent, sans les décharger en accusant la conjoncture, sans se dire qu'ils finiront par se calmer, qu'ils ne pensent pas vraiment ce qu'ils disent. Il est très important de ne pas négliger les signes avant-coureurs d'une catastrophe qui se prépare, fomentée par le genre humain.

Mais le libre arbitre de l'homme peut-il faire échouer le programme de Dieu, qui consiste à l'amendement du genre humain, en imposant à la marche du monde une direction radicalement opposée? Puisque l'homme part dans toutes les directions, c'est à l'homme, à titre individuel, de distinguer et de déterminer dans quelle voie humaine se retrouve celle de Dieu. Prenons le cas de la destinée nationale du peuple d'Israël. Plusieurs directions, plusieurs tentatives ont animé les Juifs. Certaines options venaient de leur propre cru, d'autres avaient été suggérées de l'extérieur. Il y a eu les aspirations du Bund, l'idée du Birobidjan, l'idée de trouver une terre promise dans l'immensité de l'Amérique du Nord, ou encore l'option d'invention britannique de l'Ouganda. Il y a eu aussi l'idée de faire partie prenante d'autres nations éclairées. Une seule option a fonctionné, en dépit de toutes les forces qui s'acharnent contre elle pour la faire échouer ou la vider de sa substance, de ces forces qui tentent d'en faire un pays comme les autres, pas mêmes exclusivement celui de la nation juive.

La reconnaissance proclamée par la déclaration Balfour, un événement politique parmi tant d'autres, remonte à l'époque de l'aube de la décolonisation, quand les nationalismes du monde entier se sont mis à revendiquer leur indépendance. A première vue, on peut penser que cette toile de fond a fait que les Juifs ont pris le train en marche et se sont dit qu'ils méritaient bien eux aussi le retour de leur souveraineté perdue, ces Juifs redevenus Palestiniens, puis Israéliens dès leur indépendance. Mais on peut sous l'optique de la Providence inverser la cause et l'effet : le train s'est précisément mis en marche car le temps de la rédemption d'Israël était arrivé. Quoi qu'il en soit, c'est une fois de plus par les voies naturelles et politiques que l'histoire avance à grands pas. D'un pharaon tyrannique qui pousse naturellement vers la sortie d'Egypte, en 2448 de notre calendrier, à une Europe et un monde arabe chaotiques, qui poussent vers la sortie d'Edom, en cette fête de Pessah 5779.

L'histoire, l'avancée de la destinée collective de l'humanité, derrière laquelle le Créateur cache ou révèle sa face ; les trois lettres STR, selon le système étymologique consonantique hébraïque ou plus largement sémitique, racine du mot hiSToiRe, forment en hébreu le mot SéTeR, caché «cacher je cacherai ma face», «aster astir panaï». A l'homme de le voir ou de ne pas le voir.

Yéochoua Sultan ©

Partager cet article
Repost0
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 09:50
Les fruits du travail humain et de la bénédiction du Ciel

Béni et maudit soient respectivement ces deux hommes qui placent leur confiance en D. et en l'homme. Quand un homme place sa confiance en un autre homme, on obtient une relation réflexive et transitive à la fois. L'homme étant en quelque sorte le reflet de l'homme, en passant par ce dernier, il se place également en troisième position d'où l'aspect transitif, le deuxième homme étant l'intermédiaire du premier pour rejoindre le troisième qui n'est autre en fait que ce premier. Il retombe sur ses pieds, sur son référentiel humain qui le limite et le rassure en même temps, car il retrouve sa propre image projetée au-delà du second homme. Schématiquement, ça donne :

1 ↔ 2 → 3 ; 1 = 3

Nous l'avons compris, faire confiance à l'homme est un nombrilisme qui rejette ou du moins écarte D. «Merci, je peux me débrouiller tout seul», semble dire cet homme autonome. La force intrinsèque de l'homme, avec toute la panoplie de ses propres capacités, fait face à l'aide de la Providence. Mais l'homme idéal a pour devise – sagesse chez les nations, tu peux le croire - «Aide-toi, le Ciel t'aidera». L'homme idéal marie harmonieusement son propre investissement à l'aide céleste : «Quand tu te diras en ton cœur : "Ma force et la puissance de ma main m'ont donné toute cette gloire"» ; cette perspective n'est pas à invalider, si toutefois : «Tu te rappelleras que c'est l'Eternel ton D. qui te donne cette force pour cette gloire».

Il n'empêche. Pourtant, à première vue, qui peut être plus heureux que l'homme dont la confiance est en D., lequel sait que, quoi qu'il arrive, et quelles que soient les situations indénombrables où prévalent la protection précisément humaine, et les relations, qu'il s'agisse de trouver du travail, d'obtenir un terrain, un permis quelconque, il s'en sortira toujours? Car D., dont la main ne saurait manquer, pourra le combler et faire de lui un homme riche, tout du moins sous l'angle de la définition qui veut que cet homme soit celui qui est heureux de ce qu'il possède.

Et pourtant, l'homme préfère souvent se replier sur lui-même, en compagnie de ses semblables, comme si l'Infini l'effrayait, ou peut-être parce qu'il ne veut pas être spirituellement et moralement redevable, comme si a contrario ce qu'il obtenait par le biais de l'homme ne venait pas indirectement de D., puisque cette force et cette puissance, il ne faut pas qu'il oublie d'où elle provient. Car, sans cette provenance, de même qu'aucun homme ne pourra lui fournir quoi que ce soit, personne ne pourra réciproquement l'empêcher de l'obtenir.

Il arrive qu'un individu en position de force vous empêche d'accéder à un poste, une opportunité de gagner décemment votre vie, et que pour finir, par d'autres voies, vous soyez bien mieux logé pour finir que ce que vous escomptiez.

Donc, le paradoxe est clair: on est moins effrayé de la confiance que l'on place en l'homme limité que de celle que l'on place en D.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2019 5 12 /04 /avril /2019 11:22
והארץ תתן יבולה

נאלצתי לשמוע תשדיר בשעת סגירת הקלפיות במוצאי יום הבחירות לכנסת העשרים-ואחת. שני דוברים עם מבטא פולני כבד, המתווכחים בנימה של כעס למרות שדעותיהם זהות. אך בכל זאת נסתמנה נקודה רצינית למחשבה. אהבתי את המילה החדשה "ישראליזציה". כשבשלב זה היה נראה שהמפלגה הרוסית לא תעבור את אחוז החסימה, שני הדוברים בתום ויכוח עיקש (שוב, למרות שדעותיהם זהות), הסכימו שכבר אין משמעות למפלגה המגזרית הזאת אך הפעם באמת. (כשצ'רנסקי חשב על זה ניסו להניאו בטענה שאין טעם בארץ למפלגות מגזריות). העלייה ההמונית מברית המועצות המתפרקת התרחשה לפני כחצי יובל וכבר הוטמעה בחתוך החברה הישראלית, כשאלה שהיו ילדים וכל שכן אלה שנולדה בהמשך כבר לא מרגישים זיקה למה שהיה פעם.

השאלה שמתעוררות מייד, היא : אז איך זה שמפלגת האווזים זכתה לכל כך הרבה תמיכה בקרב הציבור? כבר מזמן הוכיח המחנה הפוליטי הזה כי כל הוויתורים הכואבים אינם מחיר לשלום כי אם כניעה והשתעבדות מרצון כלפי האויב האכזר. הכיצד הציבור לא עבר "גאולתיזציה", איך אחרי יובל וחצי של חירות, עצמאות, כוח צבאי ועוצמה מדינית, ציבור הבוחרים לא שואף להתנער לחלוטין מהאיום המרחף תמיד מתוך כתלי הבית? איך ייתכן שעם הכוח שיש לו, הוא לא שם קץ למצב הזה?

ההבדל הוא כדלקמן : אם ה"רוסי" הפסיק להיות רוסי, זה רק משום שכבר לא היה לו עוגן הכובל אותו בשלשלאות לשפה, ללאום ולתרבות של רוסיה. הוא התאקלם בארץ עד כדי כך שאחרי שתיים עשרה שנות לימוד ושירות צבאי, גם מי שאינו יהודי אינו מבין למה הוא לא יהודי.

לעומת זאת, אם הישראלי לא מוחק כפר עוין שממנו יוצאים רוצחים לטבוח משפחה יהודית על נשם ועל טפם בעצם מנוחת השבת (לתמהים על ההנחה כי הייתה אמורה להיות תגובה כזו הדבר הטבעי ביותר, נשאל אותו אם הוא מבין את הנוצרים שבקשו לעשות שפטים ביהודים כשחשדו באחד מהם שטבח אפילו ילד נוצרי אחד נגיד כדי לאפות מצות. בסיפורים שלפעמים הסתיימו בטוב, זה תמיד התאפשר רק אחרי שהוכיחו שהאשמות היו עלילות דם. ואם זה היה קורה באמת? אז כולם היו מבינים), וזה רק דוגמה אחת מבין עשרות אם לא מאות, זה רק משום שמוחו נתון להשפעה אדירה של "גלותיזציה" מתמדת, הנעשית על ידי טיפוסים מכגון שני הפולנים הנ"ל.

אז מכניסים עמוק לנבכי נפשם של היהודים הישראליים את "טוהר הנשק" הנערץ על ראשי המפלגה שלא ניצחה בבחירות אבל שלא צריכה באמת לנצח לאחר שהישראלי אימץ ממילא את תפיסתם הקובעת שאם הערבים שונאים ברובם את ישראל, זה אך ורק באשמתו של היהודי. זה התחיל ברעיונות שכביכול הארץ היא שלהם ושאנו כופים עליהם שלטון עם זר. שלשלו עמוק לתוך הראש שהיהודי את החוק שהוא תמיד האיש הזר, זה שמרגיז את השני שבסה"כ רצה להיות שאנן.

וכך נשארת לנו הנהגה מדינית והנהגה אישית שחושבת ומרגישה שהמוסריות היא דווקא להידבק ב"איפוק", שלא לפגוע ב"חפים מפשע" (שמתם לב לאסוציאציה, בעברית תסמיך, שככלבו של פוולוב, כל פעם שמדברים על טיפול שורש בעזה, מיד מתחילים לחוס על ה"חפים מפשע"?), בקיצור שיש "לתת למכנו לחי ולשבוע בחרפה".

לחבב ולאהוב את מי ששונא אותך הוא רעיון מהברית המודרנית (הרשו לי להשתמש במילה הלועזית הפעם), ובטח לא מדוד המלך. די לקרוא את פרק ק"ט בתהילים כדי לדעת מה הוא היחס הנכון למחזיר "שינאה תחת אהבתי". (המידה שהוא מייחל להם מפסוק ו' עד ט"ו). "ויכרת מארץ זכרם... יען אשר לא זכר עשות חסד".

הדבר פשוט הוא שכדי לשחרר את עם ישראל מה"גלותיזציה" ולהביאו ל"גאולתיזציה", ברמת התפיסה, ועל מנת שהמפלגות הגלותיות תרדנה אל מתחת לאחוז החסימה ושהמצב יתהפך לטובה, יש לנער את כלי התקשורת הכבדים מהפולנים שהם דינוזאורים מאובנים מתקופת פילוסופית האמנציפציה, המקבעים בלבנו את תחושות הגלות של היהודי הבזוי מול הגוי האציל.

ויהיה רצון שנזכה לגאולה ונראה בקרוב בישועת ד'.

כותב : יהושע סולטן ©

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 08:50
והחורבות נבנות מחדש

למי הניצחון ?

מה אנו לומדים מגדעון , אליהו, מלחמות ששת הימים ויום הכיפורים ?

מזהירה אותנו התורה פן נייחס את ניצחונותינו באויבנו ל"כוחי ועוצם ידי" בהבנה מוטעית. ואכן מיד בהמשך, מעלתו החיובית של ה"כוחי ועוצם ידי" מובנת מתוך ההבנה כי ד' הוא הנותן לנו "כוח לעשות חיל". אין כאן לכאורה שני מושגים העומדים זה לעומת זה – מעשינו מול מעשי ד' – אלא שילוב של כוח ד' הפועל מתוך כוח ישראל. ואם כי אין העיקרון הזה פוסל אפשרות כי ד' יפעל בדרך ניסית גרידא, ישנה הבנה כי הנגאל יחפוץ בגאולתו. בין כך או בין כך, יש חשש שהניצחון ייוחס לכוח האדם בלבד.למען הסר ספק, יש צורך בנסיבות שיעוררו פליאה כי לא יכול להיות שהאדם פעל כל זאת לבדו.

אז בין שתי סוגי השאיפות המנוגדות, אם לצאת למשימה עם כל אנשי הצבא ואם לא לעשות דבר כי ד' יילחם לנו ואנחנו נחריש, יש דרך אמצעית. גדעון, בטרם צאתו למלחמה, נדרש בנבואה להפחית את מספר החיילים היוצאים איתו לקרב לקבוצה הזעירה ביותר. אסור להכשיל את דעת הקהל, כי אם הכוח האנושי יהיה עצום מדי, אז לא יוכלו להבין כי ד' מסר לנו את האויב בידנו.

גישה זו נכונה באופן כללי יותר, ולאו דווקא בהקשר מלחמתי פשוט. אליהו הנביא בהר הכרמל עושה הכל לכאורה כדי להכשיל את המצבע. אם הייתי מתלווה אליו, הייתי נלחץ : "כבוד הנביא, מה אתה עושה? אמנם ד' אמר לך שיתקדש שמו היום, אבל מה פתאום להטביע את כל המזבח בקיטונות של מים?" אכן, יכולה להתפתח תחושה כי המהלך ייכשל דווקא בגלל האדם העומד בראש המערכה. כמובן שעלינו לנסות לראות את המעשה של אליהו לא כסרט, חוץ מכבודכם, שראיתם אותו כבר כמה פעמים ואתם מתענגים מראש על הסוף השמח.

לעומת זאת, במהלכים שהאדם רק מובל, כבמאבק במצרים, עדיין יש דרישה אחת שבני ישראל נתבקשו לציית לה : להסכים ללכת אחריו במדבר אל ארץ לא זרועה. חמושים עלו ממצרים. שמונים אחוז לא רצו לצאת. (כך מחבר רש"י בין ה"חמושים" כאן למכת החושך). על ה"אין בעל הנס מכיר בניסו", ניתן אולי להוסיף : "אין בעל נס שלא רוצה בניסו".

כעת נראה מה בקצה הנגדי. ישנם מהלכים שמסתמן כנראה שרק האדם מוביל. חנוכה ומלחמת ששת הימים. ושוב אנו מתבקשים להבין ולהאמין שד' הוא הנותן לנו כוח לעשות חיל, והנותן רבים ביד מעטים, גיבורים ביד חלשים.

ויש שלא מעניין אותם ולא מעוניינים להודות ולהלל ולשבח. היסטוריונים תמים על נס פך השמן, בראותם נכונות גשמית לצאת להילחם שעלתה בידם של החשמונאים.  

וכך מתפתח בית ספר חולני שמסביר את הכול רק מהצד של הנחישות והנכונות של בני אנוש מסוימים שתפסו אומץ ונאזרו בגבורה וחרב. למרות שבחלק מהתפיסות רואים מייד שההוגים מגזימים, כדוגמת האלוף שהסביר מרוב חכמתו במלחמת המפרץ שאין מה להתפעל כי הטילים העירקיים נועדו לפגוע בבניינים ולא בבני אדם, אם נתמקד ברישא, אותם הוגים כל כך בטוחים שהכול נעשה בידי אדם ותו לא, שאני מתחיל אם לא להשתכנע, אז לפחות לחשוש ולהסס.

כי אכן מתעוררת השאלה. ואם היושבים בציון לא יפעלו למען גאולתם ? אם הם יחליטו שלא מרימים את האצבע, אז כביכול יהיה קב"ה בבעיה. על התלבטות זו עונה ההקבלה בין מלחמת ששת הימים למלחמת יום הכיפורים. כי מכל מקום, בין כך ובין כך הם נגאלים.

ניתן לשער כי נהגו כנביאם, אליהו, שחפר תעלה והציף את הכל במים. בידי אדם, כבר לא ייתכן שהאש תידלק על המזבח. במלחמת ששת הימים, יצאנו למלחמת מנע. בכיפור, שחררנו כמה שיותר חיילים, לא גויסו למילואים, והסדירים קיבלו רגילות מדהימות. ידענו שעומדים לקום עלינו, אבל עשינו כמי שעיניים לו ולא רואה. הגם כי במלחמת ששת הימים האשימו אותנו השונאים לישראל כי תקפנו מדינות שקטות ונחמדות. עשינו כמי שרוצה להראות לחסידי הבעל שלא אנחנו המדליקים את האש שתכלה את האויב. אילו הייתי יושב ליד גולדה מאיר, הייתי בטח נלחץ : "מה את עושה? אמנם ד' הבטיח לנו שהוא ישיב אותנו לגבולנו ושנשב על אדמתנו לבטח, אבל..." "לא, חביבי, הייתה עונה לי כבוד המנהיגה, צריך שיבינו במאת האחוזים שד' הוא הא-להים". לא נלחמנו ונגאלנו. אבל המחיר יותר כבד.

ומה כהיום? קשה להבחין בין ימיננו לשמאלנו. כבר לא יודעים אם להאמין על ימין שהוא שמאל או על שמאל שהוא ימין. יש אחד שהוא ימין כל כמה שנים בסמוך לבחירות, ויש מי שמכריז שהוא "מתחייב ליותר", כשאותיות "יותר" הם גם אותיות "ויתור". וכן הלאה וכן הלאה. בחירות הולכות ובחירות באות, והארץ לעולם עומדת עם אותה הנוכחות העוינת של השונאים הקשים ביותר של הדור.

ומצידנו עלינו לא לשבת בחיבוק ידיים, עלינו ללכת להצביע, לא כבכרוז שראיתי, בו נטען שאסור לקחת ממשלה לפני זמן הגאולה. מי אמר להם שלא הגענו לזמן הגאולה? אדרבה, אם יש לנו שלטון, זה דווקא אומר שאנחנו בעצם נמצאים בתוך מהלכי הגאולה, כי בלאו הכי לא היה עולה הדבר בידנו. אבל בכל זאת יש הרגשה שההשתדלות שלנו דלה, ושאנחנו לפעמים מקבלים הפוך ממה שהשתדלנו, כמו בשימנו בעל כישרון בשלטון שנהיה לכישלון : הושמדה יהדות עזה.

אנו נעים בין מצבים תקועים ומקובעים לחידושים עצומים בתולדותינו.  

מידי פעם בפעם מתרחש אירוע שמשנה לגמרי את המציאות. היישוב. המושבות. קום המדינה. אבל נשארת מועקה רצינית שבסוף מתרגלים לה. וזה לא משנה כבר מה תצביעו ומה לא תצביעו. אתם חיים במדינה בלי המקומות המשמעותיים ביותר שלנו, שהתפללנו לשובה אליהם במשך שנות אלפיים. חיים ב"איפה חברון שלנו, איפה ירושלים שלנו?" במשך תשע-עשרה שנה, לא אתם ולא ממשלתכם משנה דבר.

ואז מכוח עליון – תרתי משמע – הר הבית בידנו, ושוב אפשר להגיע לכותל ולמערת המכפלה. אלא שישנה נוכחות עוינת של אויב שלא סולק כתוצאה מתבקשת מעצם ניצחוננו ותבוסתו. והנה : זה כבר חמישים ושתיים שנה שאנו חיים בארצנו עם ה"שיכים בעיננו" וה"צנינים בצידנו".

ומתי יבוא השלב המיוחל הבא ? בו נלך בבטחה ובשלום בכל מרחבי ארצנו, בלי אזורים "טהורים מיהודים", בו נספר לילדים הרכים שהיו היה אויב אכזר שופך דם היהודי, ואז הילדים לא יאמינו לנו. ושלב בניית בית המקדש שמתוך החמישים ושתיים שנים נראה רחוק... רחוק...

יהיה רצון שנראה בישועת ה' בקרוב ממש.

בחירות טובות.

כותב : יהושע סולטן ©

 

Partager cet article
Repost0