Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 14:16

Lentement, inexorablement, l'étau se resserre autour d'Israël. Les pays hostiles qui encerclent Israël et qui, bien qu'ils ne le reconnaissent pas, ne cessent de s'en préoccuper, contaminent profondément les démocraties occidentales de leur haine, et font tout pour les obliger à nuire à son économie, en les poussant à adopter des lois discriminatoires contre un secteur en plein essor, la Judée et Samarie. Mais la direction du Conseil de Samarie, présidée par Guershon Messika, n'a pas dit son dernier mot.

Et puisque la guerre aujourd'hui s'est transposée sur le terrain de la sensibilisation et de l'image, pour agir sur l'émotion, au point que l'étouffement de toute une population en raison de sa religion, de sa nation et de sa situation géographique, non seulement ne rappelle plus au monde libre les lois de Nuremberg mais puisse passer pour l'émanation de la justice, le Conseil local de Samarie a décidé de prendre les affaires en main, et d'agir directement au niveau du Parlement européen et des puissances européennes.

Il faut savoir que, depuis quelques années, le Conseil de Samarie investit un travail de fond sur la sensibilisation de l'opinion israélienne. Des visites sont organisées sur place, des civils ou des parlementaires sont invités à rencontrer les habitants et leur histoire, à reconnaître les sites des origines bibliques d'Israël, à se promener là où évoluèrent les patriarches, dans cette région qui a toujours été le berceau de la nation.

Le bon air de la montagne, les activités agricoles et viticoles, enchantent tous ceux qui font le déplacement. Il suffit de tendre le bras pour presque toucher du doigt l'agglomération de Tel-Aviv, et on comprend tout d'un coup que la conception géopolitique courante est en désaccord complet avec la réalité. A moins de dix minutes de trajet du carrefour routier de Morasha, sur la route 5, l'exploitation d'une terre qui n'attend que le retour massif de ses enfants décongestionnerait toute la région côtière, et rendrait le problème du logement bien plus abordable. Nombreux sont les députés qui se sont réveillés soudain en s'exclamant : «Quoi, c'est Tel-Aviv, que l'on voit si près d'ici?»

Mais après la stratégie menée sur le plan intérieur, le combat se porte à l'étranger. Il faut briser cette image imposée et ressassée à longueur de médias qui fait passer Israël pour un pays d'occupation. Depuis à peu près un an, des délégations se rendent en Europe pour tenter de casser cette stigmatisation féroce. Elles sont passées par l'Italie, l'Angleterre et le Parlement Européen. A la fin du mois de février, Yossi Dagan, le vice-président du Conseil de Samarie, et Shaï Attias, directeur des relations extérieures de Samarie, ont été accueillis en Allemagne, au Bundestag, pour y rencontrer des parlementaires et des personnalités du pouvoir.

Ils ont été reçus également par la jeune fédération du parti de la Chancelière Angela Merkel, qui a promis de lui remettre la lettre rédigée à son intention par Guershon Messika. Le président de l'amitié Allemagne-Israël, qui ne s'était jamais penché sur la question des implantations juives de Judée-Samarie, a promis qu'il se ferait leur porte-parole auprès de leur pays et de l'UE.

Pour finir, la délégation israélienne a été reçue par Guitta Konman, membre du Bundestag et proche de la Chancelière. Yossi Dagan lui a rapporté que la plupart des événements de la Bible, concernant le peuple juif, s'y sont déroulés, et que c'est là que se trouve son héritage, ainsi que celui d'une bonne partie de celui de l'humanité. En outre, il a attiré son attention sur les dommages causés par l'activisme de l'extrême gauche, grassement financée par des fonds européens, et des actes de provocation organisés dans le but de porter atteinte au gagne-pain de milliers de travailleurs juifs et arabes qui vivent de l'économie du secteur.

«Les activités des groupes radicalisés représente un danger pour les importantes relations qui existent entre l'Europe et l'Etat d'Israël. C'est pourquoi il est primordial, pour l'UE, l'Allemagne et Israël, de mettre un terme au financement de ces groupes extrémistes qui ne sont bons ni pour l'Europe, ni pour Israël » a soutenu Dagan. La parlementaire lui a répondu que le gros de la propagande contre Israël était le fait d'organisations israéliennes.

Elle a déclaré, lors de la conférence de presse accordée à la suite de l'entretien: « Il y a des événements dans la vie qui vous permettent de donner une valeur et un sens à la vie. Je pense que je viens de vivre une telle expérience. Yossi Dagan et sa délégation m'ont appris ce que la Samarie veut dire, ils m'ont appris que dans cette merveilleuse région vivent côte à côte des hommes qui participent aux mêmes projets, sans distinction entre Juifs et Musulmans. Cela fonctionne très bien et sans aucune intervention politique. C'est une réalité que, à mon grand regret, les politiciens ne connaissent pas ou sur laquelle ils ferment les yeux… J'espère qu'à l'avenir ils continueront à œuvrer pour nous fournir des informations fiables et véritables sur la Samarie.»

Il semble que les efforts investis commencent à porter leurs fruits. Hier (mardi 12 mars 13), une délégation du Parlement Européen s'est rendue en Israël pour visiter la Samarie, en tant qu'invités officiels du Président du Conseil local, Guershon Messika. Ils ont atterri au petit matin pour une visite de 36 heures. Des leaders d'opinion sont venus avec eux. Les nationalités représentées sont l'Allemagne, la Belgique, et l'Autriche.

En visitant les entreprises de la zone d'activités industrielles de Barkan, ils n'ont pas caché leur surprise de voir que des Juifs et des arabes travaillaient ensemble. De plus, ils semblaient ignorer que les organisations d'extrême gauche qui cherchent à faire imposer le boycott sur les produits de la région sont subventionnées généreusement par leurs propres pays. Guershon Messika leur a montré l'agglomération de Goush Dan et sa proximité géographique:

« La Samarie est le district le plus vaste de tout l'Etat d'Israël. Elle représente 12% de la superficie du territoire. Tous ceux qui se rendent ici, comme vous le faites, et constatent de leurs propres yeux la réalité, comprennent toute l'absurdité (de la politique de boycott menée par Ashton ndlr)… L'Europe doit se dégager de toutes ces organisations extrémistes de gauche et arrêter de gaspiller d'importantes sommes d'argent. Ces organisations portent atteinte à Israël, à la bonne entente, mais aussi à l'Europe. »

Yossi Dagan a affirmé en présence de la délégation : «Vous vous tenez au cœur du pays de la Bible et au centre de l'héritage du judaïsme. Sous vos pieds s'étend la région de Tel-Aviv et l'aéroport Ben-Gourion. L'Etat d'Israël est le rempart qui protège l'Europe du fondamentalisme islamique. Comme vous le voyez de vos propres yeux, l'Etat d'Israël n'est pas viable sans la Samarie.»

L'un des participants, le président de la commission des affaires étrangères du parlement flamand de Belgique, a fait part de ses impressions, en considérant les Arabes de la région: «Je constate que 90% de ceux qui vivent ici sont heureux. Ils comprennent l'avantage de la vie en Israël, dans cette région, et non pas à Gaza ou dans d'autres pays arabes. Ce n'est qu'en Israël qu'il y a de la démocratie.»

Les parlementaires européens ont promis de s'engager énergiquement contre les tentatives d'imposer un veto sur les produits d'exportation élaborés en Judée et Samarie.

La délégation a terminé sa visite à Jérusalem, où elle a été reçue par le ministre sortant de l'Intérieur, Elie Yshaï, et le député Nissim Zeev.

Partager cet article

Repost 0
vu-sous-cet-angle Yéochoua Sultan
commenter cet article

commentaires