Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 23:45

Non loin de la ville d'Ariel, en Samarie, des agresseurs, postés sur le bord de la route, ont attaqué à coups de jets de pierres les véhicules en circulation. Le chauffeur d'un camion, atteint et blessé, a perdu le contrôle de son véhicule et percuté un véhicule familial qui venait dans l'autre sens. Sous la force du choc, la mère et ses deux filles de six et quatre ans ont été blessées  grièvement. Son bébé est quant à lui dans une situation désespérée. Elles ont été transportées d'urgence dans les hôpitaux de Petah-Tikva et de Tel-Hashomer, près de Tel-Aviv. C'est l'enquête effectuée aussitôt qui a révélé l'enchaînement des incidents. Le chauffeur d'un autobus qui se trouvait sur la route au même moment a été blessé lui aussi. Un hélicoptère de police a été mobilisé pour rechercher les agresseurs qui ont pris la fuite en direction des villages arabes voisins.

Le président du Conseil de Samarie, Guershon Messika, a mis en cause le laxisme des preneurs de décisions: «La politique tortueuse qui s'entête à ne pas considérer les jets de pierres comme des attentats mais seulement comme des troubles de l'ordre, est totalement anarchique. Au cours des deux derniers mois, les jets de pierres se sont intensifiés, sans aucune réaction, en raison des restrictions imposées par les politiciens à Tsahal. Il est temps de bien comprendre qu'une pierre peut tuer et qu'une attaque à coups de jets de pierres doit être considérée comme un attentat et rien d'autre.»

Le député Danny Danon, du Likoud-Béténou, a lui aussi évoqué l'aggravation de la situation et l'augmentation de telles attaques sur les routes de Judée-Samarie au cours des dernières semaines. «La sécurité sur ces axes routiers est essentielle pour le bon fonctionnement des activités et le sentiment de sécurité des habitants de la région. Le nouveau ministre de la Défense doit tout faire pour rétablir la sécurité en Judée et Samarie comme partout ailleurs en Israël. Le statut de la route 60 est le même que celui d'Ayalon.

Le ministre (sortant) des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann, a vivement appelé à une sévère modification de la règlementation des ordres vis-à-vis des attaques à coups de pierres. Prenant la parole sur cet acte innommable, il a déclaré: «La première victime frappée par des émeutiers arabes s'attaquant à des citoyens israéliens fut la soldate Esther Ohana. Alors qu'elle était au volant de sa voiture, sa tête a été percutée par une pierre. Elle a perdu connaissance et est décédée au bout de deux semaines.

Depuis, des dizaines de personnes ont été les victimes d'émeutiers arabes en Judée-Samarie. Il est plus que temps de changer les ordres et autoriser l'emploi des armes contre les jeteurs de pierres. Il faut que ces agressions soient considérées comme des attaques à l'arme à feu. Seul un tel changement mettra fin à cette situation où les civils et les soldats servent de cibles et pourra empêcher que ne se produisent des tragédies comme celle qui vient de frapper ce soir une famille innocente..»

Le président du parti HaBaït HaYéhoudi, Naftali Benett, qui vient de signer un accord de coalition gouvernementale avec Netanyahou, affirme que les jeteurs de pierres cherchent tout simplement à tuer: «Certains se moquent des jets de pierres, et empêchent de traiter le problème. Nous prierons pour la nouvelle-né s'en sorte», écrit-il sur sa page Facebook.

La plus jeune des enfants est en traitements intensifs dans le département de traumatologie. Les deux fillettes ont été frappées au ventre et aux jambes, tandis que la mère a été frappée également sur la partie supérieure de son corps. Les habitants de Samarie demandent de prier pour leur guérison et pour Adel fille d'Edva, dont la situation est considérée à ce stade comme désespérée.

Parmi les passagers de l'autobus de la ligne 168 bombardé à coup de pierres jeudi à 18h30, se trouve la femme de l'ancien député du Likoud, Yéhiel Hazan. Aviva Hazan a été transportée à l'hôpital, blessée par des éclats de verre qui l'ont violemment percutée.

Rappelons que les forces de l'ordre ne peuvent pas être partout à la fois, puisqu'un grand déploiement de garde-frontières a été mobilité dans la même région, à quelques dizaines de km plus au Sud. Cet autre incident, antérieur d'environ une journée à ce lâche attentat, s'est produit alors qu'un groupe d'«agriculteurs» est venu labourer la terre au beau milieu de l'avant-poste juif de Ramat Migron, près de Kokhav Ya'acov.

Les habitants, ayant senti une menace sécuritaire, leur ont demandé de quitter les lieux. La police est donc intervenue pour «rétablir le calme». Les garde-frontières ont avisé en faisant prisonniers les habitants juifs et en laissant les «agriculteurs» poursuivre leur travail. Les habitants, bien que malmenés, ont été relâchés dans la matinée. Selon l'association Honénou, qui se penche sur les droits de l'homme, l'intervention a été musclée et brutale. Entre autres, elle déplore qu'une jeune femme enceinte a été contrainte de passer la nuit sur un banc au poste de police, des menottes aux pieds.

Honénou, qui a enquêté et relevé des témoignages, a constaté qu'outre l'agression arbitraire brutale et à sens unique, les «cultivateurs» ont également saccagé les habitations, fabriquées en matériaux modernes et légers, et sont allés jusqu'à la route principale de la région, la route 60, précitée, pour jeter des pierres sur les voitures. Un véhicule au moins a subi des dégâts matériels.  

Ce dernier incident peut sembler consister en une coïncidence extraordinaire, puisque des informations diffusées sur la presse électronique ont fait état de plusieurs préparatifs en vue de la visite d'Obama, qui doit emprunter précisément cette route, qui sera stérilisée de toute présence sur une longueur d'une vingtaine de km, ce qui imposera un véritable couvre-feu pour les Juifs de la région qui n'ont pas le droit d'utiliser les axes qui passent par le secteur A, tel qu'il est défini par les tristement célèbres accords d'Oslo.

Ces préparatifs, qui ne devraient pas manquer de lui produire une profonde satisfaction, consistent ou consisteraient dans le démantèlement de Ramat Migron, c'est fait, d'un autre embryon de peuplement, à quelques kilomètres seulement plus au Nord, Maoz Sion, et dans l'arrachage de la barrière de sécurité des villages juifs bien plus importants et anciens d'Ofra et Adam, puisque, selon des plaintes relayées des Ong d'extrême-gauche, voici quelques années, elles seraient placées sur des terres agricoles appartenant à des Arabes, doléance très appréciée des tribunaux.

Source Aroutz 7

Partager cet article

Repost 0
vu-sous-cet-angle Yéochoua Sultan
commenter cet article

commentaires