Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 10:34

Avec Macron, ça va cramer...

Luttes main dans la main, mais avec qui et contre qui ?Ô médias tout puissants, une femme a été torturée et précipitée dans le vide, en plein Paris, sa seule faute ayant été d'être juive ; un «camion fou» a fait de la douce Nice un Beyrouth dans le cœur de tous ses visiteurs, les hôtels et locations privées sont en crise, plus d'Anglais sur la promenade ; un commando terroriste a perpétré un carnage en plein Paris. Tous, y compris ce camion sans vie, agissaient selon un dénominateur commun fortement motivé par la religion mahométane, motivation occultée autant que faire se peut.

Et vous avez réussi à faire en sorte que tout le monde, juif ou non, continue à dormir sur ses deux oreilles. Car vous avez en quelque sorte cyniquement répondu à la question que l'on n'ose plus se poser : «Comment faire pour que les massacres contre des innocents juifs ou non-juifs ne fassent plus la une des journaux?» Tout simplement en évitant que ces traitements inhumains ne soient portés à la connaissance du lecteur, à l'instar de la morphine qui fait oublier au souffrant en phase terminale son mal.

Quant au ressentiment, à la peur qui fait se demander si l'on a vraiment envie ou besoin de se rendre à tel spectacle, à telle manifestation publique, vous l'avez détourné en agitant les démons du passé, par associations si habilement sous-entendues qu'elles vous mettront à l'abri de la diffamation, bien qu'elles soient proches d'être explicites. Vous avez donc habilement manœuvré pour faire avancer votre pion, et damner celui de la candidate qui ne mérite que l'élimination, sans lui accorder la moindre présomption d'innocence, pas même le premier des cent jours, non pas de Napoléon, mais que l'on accorde à tout nouveau dirigeant avant de le critiquer.

Et lorsque tous ceux qui auront docilement marché dans ce sentier tout tracé se seront réveillés trop tard, ils s'étonneront que le drapeau agité ne sera pas celui des valeurs de liberté, égalité, fraternité, tradition qui aura tenu au total un peu plus de deux siècles. Pareillement, vous occultez soigneusement depuis deux mois tout débat autour des coutumes islamistes qui s'incrustent dans le paysage. Les élections doivent se dérouler en dehors de ce contexte mutagène provoqué par l'étendue d'un croissant dont les extrémités tendent à se refermer.

Les électeurs se font laver le cerveau de tout ce qui pourrait leur permettre de prendre du recul. Pour faire avancer votre favori, vous avez discrédité le seul candidat plausible, non sans exploiter en parallèle le filon judiciaire, sachant bien que lorsqu'il sera innocenté de tous les fichiers qui alourdissent son casier, ce sera après les élections.

Dès lors, il ne vous reste plus qu'à entretenir une ambiance de psychose, où la peste brune devient blonde, et en conditionnant l'électorat comme s'il se trouvait en 1940, comme si tout recommençait à cette date, lorsque la menace de voir basculer la France dans la ligue arabe n'existait pas.

Et les gens vont en masse renoncer à leur liberté de choix, leurs capacités d'analyse, et ils vont vous obéir, noyés dans l'émotion du bon citoyen qui prendra son renoncement à son droit d'élection pour un devoir citoyen.

Mais vous n'aurez pas ma voix, car vous ne me faites pas peur avec vos démons. Et, si jamais – parce que vous n'aurez pas ma voix, et parce que l'abstention concernant votre candidat hébété signifie pour vous soutenir l'autre – le fameux spectre se hisse au pouvoir, et que vous tendiez à m'en faire porter le chapeau, vous en retiendrez peut-être une leçon de modestie et cesserez à l'avenir toutes vos manigances.

Vous relativiserez votre toute puissance, tels vos congénères surpris par le Brexit, le référendum suisse sur les mosquées, la défaite d'une candidate pas si hilarante tout compte fait, de la confirmation et du maintien de Netanyahou à son poste.

Vous avez fait en sorte de faire avancer votre pion jusqu'à la finale, et vous comptez sur le principe qui fait du premier tour celui du choix et du second celui de l'élimination, pour que votre candidat – ou celui d'un Hollande qui, tant qu'il ne sera pas parti, continuera d'avoir sous sa botte les ficelles des médias – devienne président. Si, cependant, certains électeurs moins malléables hésiteront un instant et se demanderont quelle menace entre Le Pen et l'hégémonie islamique sur la France doit être éliminée par son bulletin, en ce qui me concerne, en tant que citoyen moyen que vous ne priverez pas de son esprit critique, le danger qui doit être jugulé est celui de la dictature médiatique.

Ps au lecteur outré : le cas échéant, Mme M. Le Pen recevra un petit coup de fil de quelque(s) producteur(s) de pétrole. Il lui sera demandé si elle est bien certaine que la France puisse se passer de leur marchandise. La possible ressemblance entre elle-même et son père devrait vous rassurez : c'est bien lui qui a tenté la dernière chance de sauver un pays musulman. Souvenez-vous que J-M Le Pen s'était rendu personnellement chez Sadam Hussein pour le supplier de céder à l'ultimatum américain, à la veille de la première guerre du Golfe. Eh oui, Sadam se serait retiré du Koweït, et aurait repris son programme initial, avec son canon géant qu'il s'apprêtait à diriger contre Israël. L'histoire nous a montré que les plus terribles des Européens ne sont pas contre les musulmans et les Juifs, mais avec les musulmans contre les Juifs. Seulement, les accointances entre le mufti et le führer sont souvent absentes des manuels d'histoire. Et si vous tenez absolument voir en Mme Le Pen la réincarnation du maréchal Pétain, sachez que l'Allemagne n'est pas encore sur le point d'adresser en 2017 les mêmes revendications qu'en 1940.

Mise au point : le développement ci-dessus puise sa cohérence du postulat qui veut que Le Pen est l'amie des nazis et Macron l'ami des islamistes, d'une part, et que les nazis incarnaient le danger antijuif il y a soixante-dix ans tandis que les islamistes le sont aujourd'hui, d'autre part.

Mais si l'on part de l'hypothèse de base selon laquelle, si, toujours, Le Pen est l'ami des nazis et Macron des islamistes, d'une part, les islamistes sont aussi les amis des nazis, aussi bien aujourd'hui quand les livres cultes de ces derniers sont les leurs, qu'hier quand la complicité entre führer et mufti est ce qui a permis la solution finale en Europe (voir le chasseur et le rabatteur), alors la boucle est bouclée et nous faisons face au pareil au même.

Partager cet article

Repost 0
vu-sous-cet-angle Yéochoua Sultan
commenter cet article

commentaires